RMC

Circulation alternée en cas de pic de pollution: faut-il laisser les pleins pouvoirs à la mairie de Paris?

Un nouveau pic de pollution aux particules fines est atteint ce lundi dans la capitale. La mairie réclame en vain la mise en place de la circulation alternée, mais la préfecture de police bloque. Faut-il dès lors laisser à la Mairie de Paris le choix de décider seule de la mise en place d'une telle mesure? RMC a posé la question au maire-adjoint chargé des Transports et au président de l'Automobile club association.

Nouveau pic de pollution aux particules fines ce lundi à Paris, mais aussi à Lyon, et toujours pas de circulation alternée. Si la mairie de Paris souhaite l'instaurer, elle n'en a pas le pouvoir: c'est la préfecture de police qui autorise, ou non, la circulation alternée. Elle sera mise en place demain mardi, peut-être, a annoncé le préfet, si les prévisions "pointent de nouveau un dépassement du seuil d'information-recommandation". La Mairie de Paris réclame la circulation alternée depuis plusieurs jours, mais la préfecture, continue de bloquer.

"Des fonctionnaires d'Etat décident à la place des élus"

C'est pourquoi Christophe Najdovski, adjoint à la maire de Paris chargé des Transports, réclame sur RMC que ce soit la mairie qui puisse décider seule. "Ce sont les élus de terrain qui devraient pouvoir décider, alors qu'aujourd'hui ce sont des fonctionnaires d'Etat qui prennent les décisions à la place des élus. Nous, ce que nous avions souhaité avec la maire de Paris Anne Hidalgo, c'est que l'on ait des procédures automatiques qui soient mises en œuvre dès le premier jour d'un pic de pollution pour prévenir ce pic et ne pas le subir. Malheureusement nous n'avons pas été entendus sur ce point".

"La mairie est poussée par les écolos"

La mairie seule décisionnaire? Impensable, pour Simon Midal, président de l'Automobile club association à Paris. "Il est nécessaire pour chaque décision qu'il y ait des contre-pouvoirs, et la préfecture de police a jusqu'à maintenant ce rôle de contre-pouvoir et prend les décisions. La mairie de Paris est surtout poussée par des adjoints écologistes, pour qui la voiture doit être bannie en ville. Donc laisser la mairie de Paris prendre seule les décisions nous semble extrêmement mauvais. Il faut donc garder ce système qui fait que, au final, c'est la préfecture de police qui décide.

P. Gril avec Antoine Boyer