RMC

Confinement et réouverture des restaurants: une "décision finale fin mai"

Alors que bars, cafés et restaurants devraient être les derniers concernés par une réouverture, les patrons cherchent des solutions pour sauver la filière.

La décision sur la date de réouverture des cafés, restaurants et bars sera prise à la fin mai, a indiqué vendredi le ministre de l'Economie à l'issue d'une réunion à l'Elysée sur le secteur de l'hotellerie-restauration et du tourisme.

Il y aura une "décision finale vers la fin du mois de mai pour avoir une date de réouverture des cafés, restaurants et bars", a déclaré Bruno Le Maire, qui a mis en garde contre toute "précipitation" faisant courir le risque d'une deuxième vague épidémique.

"Rien ne serait pire que de faire une réouverture dans la précipitation qui nous obligerait ensuite à fermer à nouveau, ce serait une immense déception pour les restaurateurs, une immense déception pour les Français aussi", a déclaré le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire. "Nous préférons nous donner le temps de faire une réouverture dans les meilleures conditions sanitaires possibles", a-t-il ajouté dans la cour de l'Elysée.

Le gouvernement veut voir par ailleurs, dans la droite ligne de l'allocution d'Emmanuel Macron sur le processus de déconfinement, l'évolution de l'épidémie après le 11 mai. "On se donne entre le 11 mai et la fin du mois de mai une quinzaine de jours pour regarder comment évolue la situation sanitaire du pays", a poursuivi Bruno Le Maire. 

Fonds de solidarité élargi

Il faut dire que la situation est particulièrement tendue: si les professionnels du secteurs mettent la pression sur le gouvernement, ils tentent de se réorganiser pour respecter les mesures sanitaires. Comme ce restaurateur qui s'est exprimé en direct sur RMC: pour Laurent, restaurateur dans le Pays basque et auditeur de RMC, "la seule bonne nouvelle est la réouverture. Si on n'ouvre pas au 30 juin au plus tard, on est morts" a-t-il lancé à Eric Brunet et Laurent Neumann en direct.

Pour soutenir les établissements en grande difficulté financière après cinq semaines de fermeture, l'accès au Fonds de solidarité sera élargi pour l'hôtellerie-restauration à des entreprises employant jusqu'à 20 salariés et réalisant jusqu'à 2 millions de chiffre d'affaires, contre 10 salariés et 1 million de chiffre d'affaires pour l'ensemble des TPE. En outre, le montant de l'aide sera doublée à 10.000 euros au maximum pour les entreprises du secteur en grande difficulté.

Un guide de bonnes pratiques présenté par les restaurateurs va être étudié, qui prévoit des dispositions pratiques comme un espacement entre les tables d'un mètre, des réservations limitées à huit personnes, ou l'obligation faite aux personnels de salle de se laver les mains toutes les 30 minutes. 

Xavier Allain