RMC

Contre la troisième vague, les campagnes de dépistage massif pourraient être plébiscitées

Une idée fait son chemin pour empêcher la troisième vague et éviter l'alternance entre confinement et déconfinement, jusqu'à l'arrivée des vaccins: le recours aux dépistages de grande envergure, à l'échelle d'une ville ou d'une région.

Connaître le nombre exact de malades, à la sortie du confinement, pour adapter les mesures qui permettront d'éviter une 3e vague, voilà l'atout principal du dépistage massif, engagé à l'échelle d'une ville ou d'une région: "On sait combien il y a de personnes à l'hôpital, en réa et combien en meurent mais on est un des rares pays au monde où on ne sait pas combien de personnes sont porteuses du virus", déplore Philippe Froguel, généticien au CHU de Lille.

"C'est ce qui nous a fait beaucoup de mal au mois de septembre parce qu'on a sous-estimé la menace alors qu'elle commençait à devenir importante. Le dépistage massif permettrait de ne pas recommencer les erreurs qui ont précédé cette deuxième vague", avance le généticien.

Une opération inutile sans isolement des cas positifs

Le dépistage massif fait débat dans la communauté scientifique. Pour Arthur Clément, médecin biologiste, l'idée est séduisante mais elle a une limite:

"Il faut voir la totalité du patient et notamment ses signes cliniques. Quand est-ce que cela a commencé et s'il y a eu une suspicion d'infection ancienne notamment alors qu'on sait que les tests RT-PCR restent positifs pendant assez longtemps après le début des symptômes alors que le patient n'est plus contagieux. Ils doivent être interprétés dans leur globalité", plaide-t-il.

Tout le monde s'accorde sur un point : sans isolement des cas positifs, tout dépistage massif est inutile. Une expérience pilote pourrait être menée à Lille, avant Noël. À l'étranger, la ville de Liverpool a lancé une opération similaire le 6 novembre, pour tester son demi-million d'habitants. En Slovaquie, la totalité des 5,4 millions d'habitants devraient être testés tandis que l'Autriche envisage de faire la même chose le week-end avant Noël.

Rémi Ink (avec Guillaume Dussourt)