RMC

Coronavirus: cinq maires et présidents d'exécutifs locaux sont morts depuis le début de l'épidémie

RMC
Cinq maires ou présidents d'exécutifs locaux sont décédés depuis les élections municipales et l'entrée en vigueur de la loi d'urgence sanitaire contre le coronavirus, a indiqué mercredi la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye.

Lors du compte rendu du Conseil des ministres, la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, a annoncé que cinq élus sont décédés en raison du coronavirus ces dernières semaines.

Des élus, bénévoles ou assesseurs sont décédés du coronavirus depuis la tenue, le 15 mars, du premier tour des municipales. C'est le cas du maire de Saint-Nabor (Bas-Rhin), le 27 mars, de celui de Saint-Louis (Haut-Rhin), lundi, des suites du Covid-19.

Une ordonnance pour "organiser l'intérim en cas de vacance d'un maire ou d'un président d'exécutif local" a été présentée mercredi

Les maires de Saint-Brice-Courcelles (Marne) et de Beurey-Bauguay (Côte-d’Or), ainsi que le président du conseil départemental des Hauts-de-Seine, Patrick Devedjian, sont également décédés fin mars, victimes de l'épidémie.

Dans le cadre de la loi d'urgence sanitaire, une ordonnance pour "organiser l'intérim en cas de vacance d'un maire ou d'un président d'exécutif local" a été présentée mercredi en conseil des ministres par la ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault.

Le texte "doit permettre pendant la période d'urgence sanitaire, et uniquement durant cette période, d'organiser l'intérim pour cause de vacance d'un maire ou d'un président d'exécutif local".

Le mandat des équipes sortantes prorogé, au moins jusqu'à mi-mai, dans environ 30.000 communes

En cas de vacance, leurs fonctions "seront provisoirement exercées par un adjoint au maire, premier dans l'ordre du protocole, ou un vice-président, dans l'ordre du tableau, ou à défaut par un membre de l'organe délibérant", a précisé la porte-parole.

L'ordonnance neutralise également certaines règles d'incompatibilité, notamment de cumul de fonctions, durant cette période.

Le second tour des municipales, prévu le 22 mars, a été reporté au lendemain du premier tour, en raison de la crise sanitaire. Les réunions de conseils municipaux élus au premier tour, qui devaient permettre de désigner maire et adjoints, ont également été reportées et le mandat des équipes sortantes prorogé, au moins jusqu'à mi-mai, dans environ 30.000 communes.

AFP