RMC

Coronavirus: l'UFC-Que Choisir assigne en justice 20 compagnies aériennes pour non-remboursement de vols annulés

L’UFC-Que Choisir assigne en justice 20 compagnies aériennes suite aux mises en demeure adressées à 57 compagnies qui entendaient faire obstacle au droit au remboursement des passagers aériens aux vols annulés pendant l’épidémie de covid-19.

L’UFC-Que Choisir, face à la persistance des mauvaises pratiques et aux annonces en trompe l’œil, assigne 20 compagnies aériennes en justice. Malgré les mises en demeure adressées à 57 compagnies aériennes qui entendaient faire obstacle au droit au remboursement des passagers aériens aux vols annulés, et après le ferme rappel à l’ordre de la Commission européenne sur le droit de choisir entre remboursement et avoir pour les passagers aux vols annulés, l'association de consommateurs a dû passer à la vitesse supérieure.

Car beaucoup de consommateurs n'ont pas pu obtenir gain de cause malgré l'illégalité de la pratique. L’avion de Dima devait décoller pour la République Dominicaine le 31 mars dernier. Son vol annulé, la jeune femme décide d’appeler la compagnie qui lui promet un remboursement. Un mois plus tard, sans nouvelle de son dossier, elle rappelle : "J’ai à nouveau une personne de chez Air Caraïbes qui me dit qu’on ne peut pas rembourser. Elle m’a dit 'si vous voulez j’annule votre billet et on vous rembourse les taxes aéroportuaires'. A ce moment-là on est partagé entre rire et pleurer. On sait plus comment faire, les deux billets allers-retours ont coûté 1125 euros".

"Défendre le droit des passagers"

Comme Dima des milliers de passagers n’ont pas pu être remboursés. Après avoir recueilli leurs témoignages, l’UFC-Que Choisir assigne donc en justice dès ce mardi 20 compagnies: "C’est illégal. Notre action c’est simplement pour défendre le droit des passagers de choisir la façon d’être remboursés, soit en avoir soit en cash", explique Raphael Bartlomé est le responsable du service juridique de l’association.

L’association ne demande pas de dommages et intérêts mais souhaite que les compagnies soient contraintes de respecter leurs obligations. La loi européenne impose aux transporteurs aériens qui annulent leurs vols de proposer à leurs clients un remboursement. Parmi les compagnies poursuivies, on retrouve notamment Air France et sa filiale low cost Transavia, mais aussi Lufthansa, Air Algérie, Royal Air Maroc, TAP Air Portugal, Norwegian, Emirates ou encore KLM.

Margaux Bédé (avec G.D)