RMC

Coronavirus: le déficit de la Sécu plonge à 41 milliards d'euros, "du jamais-vu"

RMC
En cause, notamment: les dépenses contre le coronavirus mais surtout les recettes en moins depuis le début de l'épidémie.

Le coronavirus va faire exploser le déficit de la Sécurité sociale à plus de 41 milliards d'euros, "du jamais-vu" même au plus fort de la crise financière, a prévenu mercredi le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin.

Le record de 2010 (28 milliards) est effacé et ce montant "qui peut donner le tournis" reste de surcroît "une hypothèse favorable", a déclaré le ministre lors d'une audition par la commission des Affaires sociales du Sénat. Et encore: les 41 milliards d'euros de déficit de la Sécu sont une hypothèse "favorable". La facture pourrait être encore plus salée: "On n'a peut-être pas encore touché le fond", selon Gerald Darmanin auditionné mercredi.

Ce n'est pas l'explosion des dépenses de santé mais l'effondrement des recettes qui expliquent cette prévision de déficit abyssale. Très loin des 1,9 milliard de déficit atteints fin 2019, la Sécu se retrouve avec 8 milliards de dépenses nouvelles (achats de masques, primes aux soignants, arrêts pour gardes d'enfants...), mais surtout avec 31 milliards de recettes en moins, dont 20 milliards d'euros liés aux revenus d'activité, les cotisations et la CSG et 11 milliards à la fiscalité (TVA...), qui ne rentreront pas dans les caisses cette année. 

Coté dépense, les arrêts de travail liées au Covid-19 coûteront 1 milliard d'euros. Quatre milliards d'euros sont déboursés pour l'achat d'équipement sanitaires, dont majoritairement des masques et des blouses, ainsi que trois milliards d'euros environ pour les hôpitaux notamment la prime promise aux soignants.

S'il est trop tôt pour estimer les conséquences de ce déficit selon les économistes, difficile d'imaginer que le gouvernement touchera à la protection sociale des Français dans le contexte actuel. Mais des projets comme la "loi dépendance" pourrait très sérieusement en pâtir. 

Pierrick Bonno