RMC

Coronavirus: le gouvernement interdit les rassemblements de plus de 100 personnes en France

-

- - -

La lutte contre le nouveau coronavirus prend un tournant après l'appel lancé par Emmanuel Macron à "faire bloc" pour freiner l'épidémie qui commence à mettre la France au ralenti. Nouvelle annonce ce vendredi: l'interdiction des rassemblements de plus de 100 personnes.

Edouard Philippe a annoncé vendredi que le gouvernement abaissait à 100 personnes la taille limite des rassemblements en France, au lieu de 1.000 précédemment, pour "freiner" la progression du coronavirus.

"Nous allons faire passer cette limite aux rassemblements de 100 personnes. L'idée c'est de faire en sorte que nous puissions ralentir la progression, la circulation du virus" et cette interdiction s'appliquera sur tout le territoire national et dès maintenant, a expliqué le Premier ministre sur TF1.

"100 personnes, ça veut dire évidemment des conséquences importantes pour les théâtres, pour les cinémas", a reconnu le chef du gouvernement.

Interrogé à propos des mariages, il a répondu: "Notre objectif, c'est de protéger la santé des Français quoi qu'il arrive, mais que c'est aussi de préserver la continuité de la vie de la nation".

Dimanche, le gouvernement avait annoncé par la voix du ministre de la Santé Olivier Véran l'interdiction de tous les rassemblements de plus de 1.000 personnes, et ce jusqu'au 15 avril, en plein air comme en milieu clos.

Concernant les municipales dont le scrutin début ce week-end, le Premier ministre Edouard Philippe a dit vendredi avoir "la conviction" qu'il est possible d'"organiser dans de bonnes conditions" le premier tour dimanche mais également le second tour des élections municipales le 22 mars.

"Si nous avons pris cette décision (d'organiser les élections municipales), c'est en écoutant les scientifiques et nous avons la conviction que nous pouvons organiser dans de bonnes conditions le premier et le second tour", a-t-il dit, invité du journal télévisé de TF1, en soulignant que "les procurations c'est encore possible" pour le deuxième tour.

La rédaction de RMC (avec AFP)