RMC

Coronavirus: qu'avez-vous le droit de faire (ou pas) en confinement?

A midi ce mardi, les Français sont appelés à rester chez eux. Ils ne pourront sortir de chez eux qu'avec une attestation sur l'honneur imprimée ou manuscrite sur le modèle qu'on peut retrouver sur le site du ministère de l'Intérieur et sous certaines conditions uniquement.

Les Français sont appelés à rester chez eux. Le "confinement" débute ce mardi à midi, avec des déplacements limités à l'absolu nécessaire.

De façon très concrète, qu'est-ce qu'on a le droit ou pas de faire? Après la déclaration d'Emmanuel Macron, c'est le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner qui s'est exprimé pour préciser les consignes. Et le mot d'ordre est clair: il faut rester chez vous sauf déplacement inévitable...

En clair, pour aller faire des courses, chez le médecin ou à la pharmacie, il faudra "systématiquement écrire, par une attestation sur l'honneur, ou via un formulaire téléchargeable sur le site du ministère de l'Intérieur" les raisons qui permettent d'expliquer "pourquoi on est dehors". Même chose pour aller chez un parent âgé qui a besoin d'aide.

>>> Retrouvez ici le formulaire du ministère de l'Intérieur

Dès aujourd'hui, on pourra donc tout en respectant certains distances: 

- aller au travail quand c'est indispensable et si le télétravail est impossible,

- aller faire vos courses, le moins de fois possibles, regroupez vos achats,

- aller chez le médecin ou à la pharmacie,

- aller aider un parent âgé,

- déposer votre enfant chez votre ex, si vous êtes séparé,

- assister à des funérailles mais en petit comité et en gardant vos distances,

- enfin, vous pouvez sortir brièvement sans vous éloigner du domicile pour prendre l'air avec votre enfant ou pour sortir votre chien, mais sans jamais créer de regroupement.

Les autorités sanitaires invitent notamment les Français à ne pas avoir plus de 5 "contacts" en dehors du foyer. 

Tout manquement à ces consignes - et sans l'attestation et certains documents professionnels justificatifs - vous expose à une sanction, a prévenu le ministre de l'intérieur, avec une amende de 38 euros d'abord, puis jusqu'à 135 euros. Plus de 100.000 policiers et gendarmes vont être déployés partout en France pour faire respecter ces consignes. 

Victor Joanin