RMC

Coronavirus: qu'est-ce que le "stade 3" de l'épidémie auquel le gouvernement se prépare désormais?

Depuis vendredi dernier, nous sommes au stade 2 de l'épidémie, mais les autorités sanitaires pourraient décider d'élever le niveau d'alerte. Explications.

Avec quatre décès et plus de 285 cas confirmés sur son territoire, soit un doublement en trois jours, la France se prépare à une nouvelle intensification de l'épidémie qui touche désormais à la vie quotidienne des Français.

La France fait partie des pays les plus touchés en Europe avec l'Allemagne (157 cas confirmés lundi matin), loin derrière l'Italie, qui compte plus de 2.000 personnes testées positives et 52 morts.

Parmi les mesures prises, un décret qui permet de réquisitionner les stocks de maques de protection a été publié mercredi au journal officiel. Sont ainsi réquisitionnés, jusqu'au 31 mai, les stocks de masques de protection respiratoire de type FFP2 détenus par "toute personne morale de droit public ou de droit privé" et les stocks de masques anti-projections détenus par les entreprises qui en assurent la fabrication ou la distribution. Les masques de protection respiratoire de type FFP2 et les masques anti-projections produits d'ici au 31 mai sont réquisitionnés, insiste le décret.

>> Lavage de mains, gels hydroalcooliques... Tout savoir sur l'hygiène des mains

Face à cette situation, les mesures pour tenter de freiner la propagation se multiplient: écoles fermées dans les foyers de la maladie, voyages scolaires à l'étranger suspendus, rassemblements de plus de 5.000 personnes interdits en milieu fermés... L'annulation du Salon du Livre, qui devait se tenir du 20 au 23 mars Porte de Versailles, ainsi que du Salon mondial du Tourisme de Paris, qui devait accueillir un peu plus de 100.000 visiteurs du 12 au 15 mars, ont notamment été annoncés lundi. Il n'y a "pas d'annulation systématique des événements" mais une appréciation "au niveau local", a précisé Jérôme Salomon, soulignant que le gouvernement était soucieux de "quand même garder une vie normale sur le territoire".

Que la vie quotidienne des Français se poursuive

L'objectif du gouvernement est de "ralentir pour empêcher, ou au moins retarder, la libre circulation du virus sur le territoire qui marquerait l'arrivée dans la phase 3, c'est-à-dire l'épidémie proprement dite de coronavirus en France", a souligné lundi le Premier ministre Edouard Philippe lors d'une visite au CHU Pellegrin à Bordeaux.

Une trentaine de chercheurs seront jeudi à l'Elysée autour d'Emmanuel Macron, des ministres face à des représentants d'élus locaux: l'exécutif continue d'afficher sa mobilisation face au nouveau coronavirus, qui se rapproche du stade 3 de l'épidémie. Il semble "peu probable malheureusement" que la France échappe au stade 3 (le dernier), selon la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye. "Nous nous préparons activement au fait d'avoir une épidémie", a-t-elle affirmé. En cas de passage au stade 3, celui où l'on constate que le virus circule et qu'il est transmissible sur l'ensemble du territoire, "les activités collectives sont fortement impactées", précise le gouvernement.

Concrètement, le gouvernement est en lien permanent avec les entreprises de transports, celles qui gèrent l'approvisionnement en eau, en électricité ou qui s'occupent de la collecte des déchets. Des coups de fil passés plusieurs fois par jour avec pour objectif de faire en sorte que les activités essentielles à la vie quotidienne des Français puissent se poursuivre, si l'on passe au stade 3, le seuil le plus élevé de l'épidémie. 

Parmi les scénarios, un conseiller ministériel reconnaît qu il pourrait y avoir moins de trains, moins de bus dans certaines zones géographiques pour éviter une propagation du virus. Autre exemple, à la RATP, on se prépare à distribuer des masques à tous les agents.

>> Coronavirus: dans quelles situations les salariés peuvent-ils exercer leur droit de retrait?

Un proche de la ministre des Transports appelle toutefois à la prudence: "Il ne faut pas céder à la panique, on est sur une gestion d'heure en heure". Il faut ainsi comprendre en fait que rien n'est encore décidé mais tout est prêt.

Juliette Droz