RMC

Coronavirus: une centaine de Français bloquée sur un paquebot au large du Chili

RMC
Le Chili a fermé le 18 mars ses frontières terrestres, aériennes et maritimes.

Un paquebot avec plus de 1.800 personnes à bord, dont 42 présentant un état grippal, errait lundi au large du Chili, pays qui lui a interdit d'accoster par crainte du coronavirus. 

Le Zaandam, à pavillon néerlandais, a quitté Buenos Aires le 7 mars. Il a demandé à débarquer ses malades avant de pouvoir reprendre la navigation vers sa destination prévue, Fort Lauderdale, en Floride, aux Etats-Unis via le canal de Panama. La compagnie Holland America a indiqué dans un communiqué que treize passagers sur les 1.243, et 29 membres d'équipages sur les 586, étaient souffrants. 

"Comme c'est la saison de la grippe et que les tests pour le Covid-19 ne sont pas disponibles à bord, pour le moment il est difficile de déterminer ce que sont exactement ces nombreux cas", a ajouté la compagnie, précisant qu'elle suivait les recommandations de l'autorité américaine de prévention des maladies (CDC). 

"Depuis le 15 mars, le bateau est au bord des côtes du Chili"

Le Zaandam, après avoir franchi le cap Horn, devait initialement accoster le 21 mars à San Antonio, port de la région de la capitale chilienne Santiago. "Malgré la confirmation au préalable que les passagers pouvaient débarquer à Punta Arenas dans le sud du Chili, afin de prendre l'avion, on ne nous a pas permis de le faire. Personne n'est descendu du navire depuis le 14 mars à Punta Arenas", a rapporté Holland America. Le 20 et 21 mars, le paquebot avait simplement été autorisé à se ravitailler en vivres, médicaments et carburant à Valparaiso, au Chili. 

Plus d'une centaine de passagers sont français, dont les parents de Gurvan Le Pavec, qui a dit à l'AFP que la situation à bord se tendait chaque jour. 

"Depuis le 15 mars, le bateau est au bord des côtes du Chili, ne sachant pas où il va, tentant plusieurs possibilités sans but précis sur la destination", a-t-il rapporté. Et depuis dimanche, "le premier cas de Covid-19 est suspecté et a conduit tous les passagers à être confinés dans les cabines avec pour seul contact la dépose des repas devant les portes", a-t-il ajouté. 
La rédaction de RMC (avec AFP)