RMC

Coronavirus: vers des réductions et des aménagements de peines pour certains détenus afin de désengorger les prisons?

RMC
L’objectif du ministère de la Justice est de déminer les tensions au sein des prisons et de faire baisser la population carcérale.

Fin des parloirs depuis mardi dernier, arrêt des activités physiques…: alors que des incidents ont lieu dans certaines prisons, comme à Maubeuge, Meaux, Limoges, Carcassonne, plusieurs mesures sont envisagées par le ministère de la Justice dans le cadre du projet de loi sanitaire.

Objectif: éviter une crise sanitaire et sécuritaire dans le huis clos de la détention. Pour déminer les tensions au sein des prisons et de faire baisser la population carcérale, deux pistes sont envisagées.

"Pas question de relâcher tout le monde"

La première: un dispositif de réduction de peine pour les détenus ayant eu un bon comportement durant la période de l’état d’urgence sanitaire.

Deuxième piste: une libération anticipé pour certains détenus. En fonction de la durée de leur peine et des faits qui leur ont été reprochés. "Hors de question de remettre en liberté des violeurs ou des criminels, précise la chancellerie. Mais nous allons faire du cas par cas en fonction de la gravité des faits qui sont reprochés aux détenus".

Depuis le 14 mars une directive à été transmise aux parquets pour différer les placements en détention pour les peines les moins graves. "Il n’est pas question que la case prison n’existe plus… ni de relâcher tout le monde", insiste le ministère de la Justice.

Jean-Baptiste Bourgeon