RMC

Covid-19: ces chiffres inquiétants qui ont conduit au reconfinement express de Mayotte

Le gouvernement a annoncé un reconfinement de l'île pour au moins trois semaines, à compter de vendredi à 18h.

La situation est inquiétante. D'autant plus avec l'éloignement de l'île. Alors que le gouvernement a appelé les Français à "la plus grande prudence" à la veille des vacances d'hiver, sur fond de progression des variants plus contagieux du coronavirus, écartant "à ce jour" l'hypothèse d'un reconfinement, un confinement a été décidé à Mayotte, territoire français de l'océan Indien.

Le ministre des Outre-mer a ainsi précisé qu'un reconfinement à Mayotte aura lieu pour au moins trois semaines, à compter de vendredi à 18h pour faire face à la progression de l'épidémie de Covid-19 et à l'apparition de variants britanniques et sud-africain.

En cause: des chiffres inquiétants: du 3 janvier au 3 février, le taux d'incidence est passé de 50 à 415/100.000 habitants avec un taux de positivité de 17%.

>> A LIRE AUSSI - Reconfinement à Mayotte: "C'était devenu inéluctable", explique la directrice de l'ARS de l'archipel

De plus en plus de jeunes touchés

De plus, les patients admis en réanimation sont plus jeunes (entre 45 et 60 ans) et présentent des formes plus graves avec des détresses respiratoires aiguës sévères. 

Dominique Voynet, directrice de l'agence régionale de Santé, a même annoncé le décès d'une personne que avait à peine 25 ans. Selon le ministère, il est fort probable que ce rajeunissement du profil des malades s'explique par la présence des variants britannique et sud-africain dans l'archipel.

Les services hospitaliers font de fait face à un afflux de patients: 81 personnes sont actuellement hospitalisées, 12 sont en réanimation. Fin janvier, il n'y en avait que 4. 

Le chef des urgences du Centre Hospitalier de Mayotte évoque "un mur épidémique": pour accroitre les capacités hospitalières, des lits ont été ajoutés, des interventions déprogrammées, et certains malades devront être évacués vers La Réunion.

Dans le cadre de ce confinement, "les écoles et établissements scolaires seront fermés, en raison du nombre de cas très importants détectés chez les jeunes, à la différence de l'hexagone et qui s'explique sans doute par la forte circulation du variant 501". Afin de soutenir l'économie à Mayotte, l'ensemble des mesures d'urgence économique déjà en vigueur seront prolongées, selon le texte.

Caroline Philippe