RMC

Covid-19 et rentrée scolaire: le Conseil scientifique recommande de dépister davantage pour éviter les fermetures de classes

A une semaine de la rentrée, le ministre de l'Education nationale a annoncé "un objectif de 600.000 tests salivaires hebdomadaires" dans les écoles primaires, qui accueillent environ 4 millions d'élèves.

Les tests dans les écoles primaires devraient être plus généralisés et plus réguliers que ce qui est prévu par l'Education nationale, faute de quoi la rentrée pourrait être "très complexe", avec des fermetures de classes à répétition, selon le Conseil scientifique.

"Dans cette population non-vaccinée, le risque de circulation intense du virus à la rentrée est très élevé, et la règle de fermeture des classes dès le premier cas pourrait rendre la réouverture du primaire très complexe, notamment en cas de fermeture" répétée d'une même classe, prévient l'organe de conseil du gouvernement dans une note d'alerte.

Aussi, il "regrette l'abandon du dépistage (dépistage généralisé ou mieux dépistage réactif de la classe lors d'un cas détecté)" qui aiderait à atteindre l'objectif "de maintenir les classes et les écoles ouvertes afin de préserver l'éducation et la santé mentale des enfants", dans le document remis le 20 août au gouvernement, actualisé mercredi et mis en ligne vendredi.

Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a annoncé jeudi "un objectif de 600.000 tests salivaires hebdomadaires" dans les écoles primaires, qui accueillent environ 4 millions d'élèves.

S'appuyant sur une étude de modélisation récente, le Conseil indique qu'"un dépistage bi-hebdomadaire" avec "une adhésion de 50% de la population scolaire (...) permettrait de garder les classes ouvertes si les enfants trouvés infectés sont renvoyés à leur domicile".

"Chez les adolescents, le dépistage pourrait également apporter un bénéfice important pour le contrôle de l'épidémie, ce d'autant qu'il sera pratiqué dans une population partiellement vaccinée (supérieur à 50%) et où les efforts à réaliser pour contrôler la circulation du virus seront de fait moins importants", selon la note.

Dans la même note, l'instance consultative avertit aussi que le pass sanitaire "ne doit pas être compris ni mis en oeuvre comme une protection absolue contre la contamination". Il "ne dispense en rien" de "respecter le plus possible les gestes barrières" tels que la distanciation, l'aération des locaux et le port du masque, "en particulier pour les personnes les plus à risque", ajoute-t-il.

La rédaction de RMC avec AFP