RMC

Covid-19: face au manque de lits, les transferts de patients se multiplient en Île-de-France entre hôpitaux publics et privés

La situation est très compliquée dans la région. Les lits sont rares et les équipes du SAMU doivent faire des kilomètres pour déposer leurs patients.

L'Île-de-France en plein coeur de cette épidémie. 954 décès ont été recensés dans les hôpitaux, dont 147 pour la seule journée de lundi. Dans la région chaque jour, c’est la course contre la montre pour trouver des lits. Et pour cela les transferts se multiplient entre les hôpitaux publics et privés. 

Plus les lits sont rares et plus chaque nuit les équipes du SAMU doivent faire des kilomètres pour déposer leurs patients. 

“Hier j’ai dû emmener un patient intubé et sous ventilation invasive dans le camion jusqu’à la réanimation de Provins. Ca nous a pris une heure. Donc ça mobilise un camion, avec un ambulancier, un médecin, un infirmier pendant trois heures, le temps de faire l’aller-retour et de déposer le malade. C’est des conditions de travail inhabituelles et compliquées”, affirme Romain, médecin urgentiste en Seine-Saint-Denis.

Les hôpitaux bientôt à saturation également

Pour absorber cet afflux de patients, les hôpitaux privés sont mobilisés. Sarah, infirmière en réanimation à Monstouris, reçoit chaque jour des malades que l’APHP l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris ne peut plus accueillir.

“Les patients que j’ai pu recevoir, ce sont des patients qui viennent de l’hôpital Bichat, de l’hôpital Avicenne. En une nuit, il peut y avoir 10 appels du SAMU parce que les hôpitaux publics ne pouvaient plus prendre en fait. On était un peu en deuxième ligne derrière l’APHP pour pouvoir un petit peu les soulager”, indique-t-elle. 

Dès qu’un lit se libère, en cas de sortie du patient, ou de décès, ils prennent immédiatement une demande du SAMU, mais ces structures privées arrivent elles aussi à saturation.

Caroline Philippe avec Guillaume Descours