RMC

Covid-19: jugés ringards au départ, la revanche des QR Codes?

C'EST DEJA DEMAIN - Des QR codes pour pouvoir aller de nouveau au restaurant, ça fait des mois que l’idée fait son chemin et elle commence à se préciser : une première phase de tests pourrait commencer dans les prochains jours en France.

Ca commence à bouger, puisque selon le Parisien, le gouvernement serait sur le point de lancer, dans les jours qui viennent, une expérimentation à l’entrée des restaurants actuellement ouverts pour les routiers pour remplacer les carnets de rappel qu’on a connu il y a quelques mois.

Le principe : les clients devraient scanner un code barre numérique en entrant dans l’établissement, comme ça si un autre client est testé positif dans les jours qui suivent, on peut envoyer à tous ceux qui étaient présents au même moment une alerte pour les prévenir d’aller se faire tester. Le dispositif serait intégré à l’application TousAntiCovid et pourrait être élargi aux salles de sport par exemple.

Le retour à une vie normale passera probablement par cette technologie dont l’usage explose depuis le début de la pandémie, elle est vraiment entrée dans les moeurs. 3 Français sur 4 ont scanné au moins un QR code depuis le début de la crise sanitaire. Déjà dans les restaurants, quand ils étaient ouverts, avec des menus en QR code, qu’on lit sur son smartphone : on scanne le code barre avec son téléphone. Du point de vue du consommateur, c’est hyper simple et hygiénique.

Dans certains commerces, on s’en sert pour créer des files d’attentes virtuelles : on scanne, et on a un numéro de file d’attente, plus besoin d’attendre devant le magasin.

Pour le paiement aussi

On peut aussi citer Paypal, qui a lancé pendant l’épidémie le paiement par QR code –ce qui existe depuis longtemps en Chine. Très pratique pour les petits commerçants, sur les marchés par exemple, pour limiter au maximum les contacts : Vous collez ce code barre numérique sur votre devanture. Le client n’a qu’à le scanner sur son smarphone, il est redirigé vers son compte Paypal. Il suffit d’entrer le montant et de payer.

Je vous parlais des ascenseurs, qu’on peut maintenant, dans certains bâtiments, appeler, non plus en appuyant sur un bouton, mais en scannant un code barre numérique pour éviter de toucher à quoi que ce soit. Ou même sur des pierres tombales pour accéder à la biographie du défunt ! Des usages dont certains survivront probablement à cette crise, qui a été, là encore, un accélérateur technologique.

Pourtant c’est une technologie qui était jugée ringarde, has been… Comment on explique ce revival ?

Le Quick Response code est né en 1994, pour suivre les pièces détachées dans les usines de Toyota. Puis on les a vu sur des affiches de publicité, pour accéder à du contenu. Sauf que ça n’a jamais vraiment pris en occident, c’est une innovation qui est tombée dans l’oubli et même considérée comme un flop technologique.

En Chine, il est très utilisé via Wechat. Mais cette technologie s’offre une nouvelle vie avec cette crise sanitaire qui a révélé tout un tas d’usages très pratiques et « sans contact » : plus besoin de toucher quoi que ce soit, le smartphone devient une extension de ma main si l’on peut dire.

Leur utilisation est aussi beaucoup plus facile qu’à une époque, puisque beaucoup de smartphones intègrent un lecteur de QR code directement dans leur appareil photo alors qu’avant il fallait télécharger une application pour les lire.

Ca pose quand même quelques questions, notamment en matière de sécurité informatique. Il n’y a pas des dangers à scanner tout ce qui bouge ?

Toute crise est une aubaine pour les cybercriminels et celle-ci ne fait évidemment pas exception. On observe une explosion du nombre d’arnaques au QR code ou un code barre malveillant collé sur un vrai va vous rediriger vers une adresse internet malveillante où on va vous demander des informations personnelles, ou vous faire télécharger un programme qui va siphonner des informations personnelles, ou même générer un email qui va tenter d’arnaquer vos contacts.

Des arnaques très faciles à mettre en place et difficiles à détecter : allez faire la différence entre un vrai et un faux QR code ! D’autant que les smartphones sont souvent assez mal sécurisés (surtout sous Android). Donc ne scannez pas n’importe quoi, vérifiez que ce n’est pas un autocollant collé sur un QR code, dans un restaurant par exemple.

Anthony Morel (avec J.A)