RMC

Covid-19: "La proximité entre élèves est beaucoup trop importante" dénoncent des profs qui estiment qu'il faut "tout fermer"

Dans les écoles, professeurs et directions estiment être arrivés à un point de non-retour avec la flambée actuelle.

La situation sanitaire de plus en plus inquiétante dans les écoles des départements confinés. Pour tenter d'enrayer la situation, un nouveau protocole renforcé doit s'appliquer dès aujourd'hui dans les 19 départements concernés.

Une classe sera désormais fermée pour 7 jours dès le 1er cas positif avant il en fallait 3, et cela s'applique de la maternelle au lycée. Tous les élèves sont aussi considérés comme cas contact et doivent se faire tester s'ils ont plus de 6 ans. Pour pallier au manque de professeurs, le recrutement de remplaçants sera également "renforcé".

"La proximité entre élèves est beaucoup trop importante"

Ces multiplications de cas effraient professeurs et directeurs d'établissements notamment en Île-de-France qui pour certains estiment être arrivé à un point de non-retour.

Impossible de faire respecter les gestes barrières et les distances de sécurité, dans les salles de classes où enseigne Romain Gentner, professeur d'allemand à La Courneuve. "La proximité entre élèves est beaucoup trop importante. On a toujours 24 élèves par classe qui sont à touche-touche", concède-t-il. 

Depuis une dizaine de jours, le virus se propage partout dans l'établissement, et décime le personnel encadrant.

"Jeudi matin, en arrivant, il n'y avait pas d'équipes de direction, pas d'infirmière à cause du Covid-19 et nous avons appris qu'un collègue était hospitalisé..."

Comme sa dizaine de collègues, ce représentant du syndicat enseignant SNES-FSU exercera son droit de retrait aujourd'hui dans un but bien précis.

"Pour nous le collège doit fermer pour une semaine pour qu'il ne devienne pas un cluster."

Casser et identifier les chaines de contamination c'est toute la difficulté pour les établissements. Désormais si un cas de coronavirus est avéré dans une classe, elle devra immédiatement fermer pendant 7 jours.

Marie est directrice d'école primaire dans le Val-de-Marne, avec un cas positif dans son école la semaine dernière, elle a dû jouer les détectives le temps d'un week-end.

"J'ai dû recontacter toutes les familles de cette classe là, pour savoir si ils ont fait tester leur enfant. Il faut mener l'enquête, savoir si ils étaient à la cantine, en étude... C'est une organisation très chronophage."

"Fermer des classes ou un établissement, au bout d'un moment, ça revient au même"

Alors, dans ces conditions, à quoi bon s'acharner, s'interroge Bruno Bobkiewicz, proviseur de la cité scolaire Berlioz à Vincennes et secrétaire national du syndicat enseignant SNPDEN-UNSA.

"Je pense qu'on va gérer à longueur de temps des évictions de classes et de personnel, gérer des planifications de départs et de retours. Ils vont peut-être enfin reconnaître que c'est la solution, finalement, on ne veut pas l'admettre mais quand on décide de fermer dès le premier cas, on ferme des classes mais pas l'établissement mais au bout d'un moment ça revient au même"

D'après les deniers chiffres, donnés vendredi par l'éducation nationale 3256 classes et 148 établissements sont aujourd'hui fermés pour causes de contamination au covid19 en France. 

Garance Munoz et Alfred Aurenche (avec J.A.)