RMC

Covid: "Pas impossible qu'on soit arrivé à la fin de la pandémie avec Omicron", selon le Pr Alexandre Mignon

Le professeur Alexandre Mignon, anesthésiste réanimateur à l'hôpital Bichat de Paris, estime ce vendredi sur RMC que la variant Omicron est "peut-être la dernière grande version de forme grave de la maladie".

Va-t-on un jour voir le bout du tunnel? La pandémie de Covid-19 dure depuis près de deux ans et certains médecins tentent d'être optimistes pour l'avenir. C'est le cas du professeur Alexandre Mignon, anesthésiste réanimateur à l’hôpital Bichat.

Invité d'Apolline de Malherbe ce vendredi matin sur RMC, il estime qu'il y a des raisons d'espérer que l'on se dirige vers un simple rhume.

"C'est peut-être la dernière grande version de forme grave de la maladie"

"Nous sommes à un croisement des chemins en étant totalement reconnaissant des bienfaits du vaccin, il ne faut pas faire de vaccin-bashing, ça a sauvé 40.000 personnes en France. C'est un succès pour protéger contre les formes graves. Mais il faut aussi se rendre compte que les Français en ont marre, qu'il va falloir reprendre une vie normale et qu'il n'est pas impossible qu'on soit arrivé à la fin de l'histoire de la pandémie avec ce variant Omicron très contagieux mais peu virulent."
"C'est peut-être la dernière grande version de forme grave de la maladie et qu'elle va évoluer doucement mais sûrement vers une forme qu'on appelle endémique de rhume banal."

Ce soignant estime que le vaccin reste un "élément central" de la lutte contre la pandémie mais que les discussions autour d'une quatrième dose ne sont pas vraiment d'actualité, estimant qu'il y aura sûrement de "nouvelles générations" de vaccin qui arriveront et seront éventuellement plus efficaces à l'avenir.

"On peut comprendre que les Français n'y comprennent plus rien"

"La 4e dose va se heurter à une résistance fantastique des gens bien que la France a été un très bon élève de la classe mondiale. Mais là, aujourd'hui, les gens vont finir par se poser des questions. (...) On peut comprendre que les Français n'y comprennent plus rien, c'est heurtant de leur dire de faire trois doses et de leur dire qu'ils peuvent être encore contaminants."

Ainsi, le pass vaccinal ne va "pas servir à grand chose" selon lui, car il arrive "trop tard". Alexandre Mignon estime que l'on sera "incapable" de montrer que ce pass est vraiment efficace pour éradiquer un virus, car de toute façon, "on ne s'en débarrassera pas".

J.A.