RMC

Crise aux urgences: "Nous demandons des mesures immédiates pour pouvoir passer l'été"

La crise des urgences hospitalières dure depuis bientôt trois mois et ne cesse de s'amplifier, avec une manifestation nationale prévue à Paris ce jeudi après-midi. François Braun, président de Samu urgences de France, réclame des "mesures immédiates pour passer l'été".

Les urgences sont à bout. Une manifestation nationale est prévue ce jeudi à Paris. Entamé mi-mars à Paris, le mouvement de grève dans les services d'urgences s'est étendu à plusieurs dizaines d'établissements - 80 d'après le collectif Inter-Urgences, "une cinquantaine" selon le gouvernement.

Pour François Braun, président de Samu urgences de France, le ras-le-bol couve déjà depuis longtemps:

"Il se passe ce qu'on annonçait depuis plusieurs années, notre système est au bout. Après la surcharge des urgences, nous avons la surcharge du personnel qui n'accepte plus de travailler dans des conditions dégradées. Il y a toujours plus d'activité et toujours moins de personnel, moins de moyens, moins de facilités pour hospitaliser les patients en aval des urgences. Trop c'est trop".

"La première fois qu'on a autant de services en difficulté"

"Je travaille dans les services d'urgence depuis 30 ans, c'est vraiment la première fois qu'on a autant de services en difficulté. Il y a certes 80 services en grève mais la moitié des services d'urgence sont en souffrance aujourd'hui", a-t-il affirmé ce jeudi dans Bourdin Direct.

François Braun souligne aussi la souffrance du personnel: "Il y a des revendications salariales justifiées parmi nos collaborateurs paramédicaux en particulier pour faire face à toute cette dangerosité et cette violence qu'il y a aux urgences, une violence engendrée par la surcharge des services. Nous sommes dans un cercle vicieux sans visibilité ou espérance pour l'avenir. (…) Il faut entendre la souffrance du personnel soignant. C'est parce que la vie des patients peut être en danger que l'ensemble des personnels protestent aujourd'hui".

Ce jeudi matin, Agnès Buzyn sera présente au congrès des urgentistes et assurent qu'elle fera des propositions. En attendant, les urgentistes veulent du concret: "On demande un plan Marshall avec des mesures immédiates pour passer l'été parce que l'été va être impossible à passer dans les conditions actuelles et une véritable réflexion pour restructurer complètement notre système d'urgences en France. Nous avons un des meilleurs systèmes d'urgence qui s'est dégradé au cours des années. On souhaite retrouver la capacité de prendre en charge l'aide médicale urgente.

Paulina Benavente