RMC

Dépistages, isolement, départements en "rouge": ce qu'il faut retenir des nouvelles mesures du gouvernement face à l'épidémie de coronavirus

Paris, Lille, Lyon, Grenoble, Toulouse : faut-il de nouvelles mesures de restrictions face au Covid-19 ?

Paris, Lille, Lyon, Grenoble, Toulouse : faut-il de nouvelles mesures de restrictions face au Covid-19 ? - AFP

A l'issue du conseil de défense, le Premier ministre Jean Castex a annoncé plusieurs mesures destinées à limiter l'expansion de l'épidémie à travers la France.

Le Conseil scientifique parlait de "décisions difficiles". Elles sont moins "anxiogènes" qu'annoncées. Le Premier ministre, qui s'exprimait à l'issue d'un Conseil de défense Covid, a expliqué qu'il ne fallait pas "mettre entre parenthèses notre vie sociale, économique et culturelle" malgré la hausse des contaminations.

Le virus "n'a pas baissé d'intensité" et "est là pour quelques mois encore" mais "nous devons réussir à vivre avec lui sans nous laisser entraîner à nouveau dans une logique de confinement généralisé", a-t-il précisé. Craint par certains élus, notamment de la région PACA, le confinement local n'est, pour l'heure, pas avancé par les autorités.

42 départements en rouge

Le Premier ministre Jean Castex a ainsi indiqué vendredi que 42 départements étaient désormais classés en rouge, c'est-à-dire où le virus circule activement, lors d'une déclaration à Matignon à l'issue d'un Conseil de défense consacrée à la crise du Covid-19.

"Ce classement n'emporte pas de conséquence automatique mais il permet au préfet en lien avec les autorités sanitaires et des élus locaux de déclencher des mesures supplémentaires de réduction des risques, notamment sur le port du masque, les rassemblements sur l'espace public, les grands événements ou les horaires d'ouverture de certains commerces", a souligné le chef du gouvernement qui a demandé aux préfets concernés de lui proposer "d'ici lundi de nouvelles mesures complémentaires".

Le "septaine" au lieu de la "quatorzaine"

Parmi les mesures d'ores et déjà avancées - et annoncées - , la durée d'isolement pour les cas contact au Covid-19 est ramenée à 7 jours contre 14 jusqu'à présent, soulignant que des "contrôles" seraient effectués pour que cette période soit respectée.

"Sur proposition du Conseil scientifique, la durée d'isolement sera ramenée à sept jours, c'est-à-dire la durée pendant laquelle il y a un véritable risque de contagion", a affirmé Jean Castex. "Il est primordial que chacun respecte strictement cette durée d'isolement ce qui donnera lieu à des contrôles", a-t-il ajouté.

Tests prioritaires

Autre mesure importante réclamée par les scientifiques: des "créneaux horaires" réservés pour les personnes prioritaires pour les tests du Covid-10.

"Attendre, ce n'est pas grave s'il n'y a pas urgence. Mais c'est problématique lorsque vous êtes prioritaire, si vous présentez les symptômes de la Covid, si vous avez été en contact rapproché avec une personne positive ou enfin si vous êtes un personnel soignant ou assimilés, travaillant à l'hôpital dans un Ehpad ou à domicile. Pour ces personnes prioritaires, nous allons renforcer les circuits dédiés de dépistage ainsi les laboratoires leur réserveront certains créneaux horaires", a souligné le chef du gouvernement.

Le traçage

Autre décision: le renforcement de la stratégie "tester, tracer, isoler". 2000 personnes supplémentaires vont donc être recrutées à l'Assurance maladie et dans les Agences régionales de santé pour renforcer le traçage des contacts de personnes infectées.

Pilier essentiel de la stratégie pour casser les chaînes de contamination du coronavirus, le traçage des contacts de personnes infectées a ralenti ces dernières semaine, ce qui s'explique notamment par de trop faibles effectifs dans certains territoires, selon l'Assurance maladie, alors que le nombre de personnes à contacter augmente.

La rédaction de RMC (avec AFP)