RMC

Des dérivés de pétrole découverts dans du lait pour bébés: ce que l'on sait

"DUPIN QUOTIDIEN" - Face au manque de réaction du gouvernement sur cette question, l’ONG Foodwatch vient de saisir tous les préfets de France pour demander le retrait de deux références de laits maternisés.

C’est une lettre d’avocat qui vient d’être envoyée à tous les préfets de France pour leur demander de retirer du marché les laits infantiles contaminés par des MOAH, qui sont des hydrocarbures aromatiques d’huile minérale, des dérivés de pétrole donc.

Sur 8 références testées en laboratoire par Foodwatch 2 contiennent ces dérivés d’hydrocarbures, un lait en poudre Nestlé et un lait de croissance Gallia de chez Danone. Une information révélée il y a 8 mois. Depuis, une pétition demandant le retrait des produits a déjà recueilli plus de 60.000 signatures mais ces produits sont toujours en vente

La répression des fraudes a confirmé la présence de ces huiles minérales dans les laits pour bébé

La répression des fraudes a effectué ses propres tests et confirmé la présence d'huiles minérales dans certains laits infantiles, mais les résultats des tests en question n’ont toujours pas été publiés.

En tous cas en Allemagne une chaîne de supermarchés a retiré les produits de ses rayons. Le dossier est aussi suivi par la commission européenne qui pourrait annoncer dans les prochains jours une réglementation spécifique à cette question des huiles minérales puisqu’aujourd’hui il n’existe pas de réglementation pour protéger les consommateurs de ces huiles minérales qui sont considérées par les autorités sanitaires comme potentiellement cancérogènes mutagènes et perturbateurs endocriniens.

D’où viennent ces dérivés d’hydrocarbures ? Comment se retrouvent-ils dans les laits infantiles ?

C’est toute la question. Ce n’est pas quelque chose qui est volontairement ajouté par les industriels, ça peut venir des processus de fabrication, des lubrifiants dans les usines agroalimentaires, ce n’est pas très clair.

On en retrouve souvent aussi dans les pâtes, le riz les céréales de petits déjeuner et là ce sont les encres et de la colle présents dans les emballages en carton qui ont migré dans les aliments.

Quant aux industriels ils affirment de leur coté que les tout petits qui consomment les laits infantiles testés par Foodwatch ne sont pas exposés à un danger immédiat, et qu’ils attendent de connaître les recommandations de la Commission Européenne.

Marie Dupin (avec J.A.)