RMC

Déserts médicaux: "J'ai 70 ans et je n'ai pas de médecin"

REPORTAGE – A Sens, le nombre de médecins a diminué de moitié en 20 ans. Seuls 26 médecins sont opérationnels pour 60.000 habitants. Alors que s'ouvre ce jeudi la Grande Conférence de santé à Paris, dans cette ville de l'Yonne la mairie a dû chercher des solutions dans l'urgence et recourir à SOS médecins pour ne pas laisser des personnes âgées sans suivi médical.

Un an sans médecin. Géraldine, 70 ans "et demi" n'a plus de médecin traitant depuis que son ancien praticien est parti à la retraite. Impossible pour cette habitante de Sens de retrouver un nouveau médecin pour suivre son dossier médical. La ville est devenue un désert médical.

"On n'en trouve pas, à chaque fois que vous appelez un médecin on vous dit, 'on ne prend plus de nouveaux patients', donc qu'est-ce qu'il faut faire?, déplore Géraldine. J'ai 70 ans, je peux avoir quelque chose, je peux avoir besoin de faire une prise de sang de temps en temps, une mammographie mais non je n'ai pas de médecin."

C'est donc SOS Médecins qui a récupéré son dossier. Aujourd'hui, une douzaine de retraités de la ville expérimentent ce dispositif depuis janvier. Cinq membres d'SOS médecins suivent leurs dossiers en plus de leur mission. Le dispositif est exceptionnel mais temporaire, explique Jean-Luc Dinet, président d'SOS Médecins à Sens.

"Nous ne sommes absolument pas là pour remplacer les médecins traitants. Nous sommes là pour prendre en charge de façon temporaire des patients âgés, chroniques qui n'ont plus accès aux soins, détaille-t-il. Ce qui m'intéresse c'est de prendre en charge ces patients en attendant que la ville œuvre, c'est ce que la mairie fait, pour essayer d'inciter et d'installer de nouveaux médecins dans la ville.

Une prime d'installation pour les nouveaux médecins

La mairie propose une prime d'installation de 15.000 euros, pour encourager l'installation de nouveaux médecins dans une zone franche avec des avantages fiscaux.

"S'il n'y a pas de municipalité pour prendre en main ces problématiques-là, l'Etat n'est plus présent, dénonce Christian Gex, adjoint au Maire chargé des affaires sociales. Il y a deux France, il y a le Grand Paris, le grand Lyon, le grand Marseille mais à côté de ça, il y a une France qui est en train de mourir".

Géraldine, elle, ne comprend pas que sa ville n'attire pas davantage. "Je ne sais pas pourquoi ça ne les intéresse pas. Il faut que des jeunes médecins viennent à Sens. Il y a de la place pour eux et ils seront très bien accueillis, avec un petit café chez Géraldine!". L'appel est lancé.

Carole Blanchard avec Romain Poisot