RMC

"Dupin Quotidien": le gouvernement va lancer une campagne pour lutter contre le jet de masques usagés sur la voie publique

Dans la nature, les masques mettent plus de 400 ans à disparaître. Et devant les nombreuses incivilités, le gouvernement veut sensibiliser les Français.

On en voit partout dans les caniveaux, sur le bord de mer, sur les parkings des grandes surfaces : les masques jetables usagés. Le gouvernement va lancer une campagne pour éviter que ces masques soient jetés sur la chaussée.

Car un masque jetable c’est 4 heures d’utilisation mais entre 300 et 400 ans pour se détériorer dans la nature…C’est d’ailleurs ce qu’a rappelé un député qui demande une mesure forte : une amende de 300 euros pour toute personne qui jette son masque sur la voie publique. Il faut savoir que ces masques chirurgicaux ne sont pas en papier. Ils sont constitués de fibres en plastique, du polyuréthane et du propylène qui mettent effectivement des centaines d’années à disparaitre. Sans parler du fait qu’en jetant son masque par terre on risque de participer à la propagation du virus.

Est-ce que les masques chirurgicaux sont recyclables ?

Non, clairement on ne peut pas à proprement parler de recyclage. On ne peut pas récupérer les masques usagés pour en fabriquer d’autres. La seule solution c’est de les traiter, de faire en sorte qu’ils ne soient plus vecteurs de la maladie, et ensuite de les transformer en granulats de plastiques pour en faire par exemple des tuyaux en PVC

Jusque dans les années 70 les masques médicaux n’étaient pas jetables

Jusque très récemment finalement, les masques médicaux étaient presque tous réutilisables. Ils étaient évalués scientifiquement, stérilisables, et ils avaient des performances très satisfaisantes, souvent même supérieures à celle des masques jetables selon une étude qui vient de sortir dans la revue médicale The Lancet. Les chercheurs de cette étude affirment que c’est uniquement pour des questions de praticité et de cout qu’on est passé du masque réutilisable au masque jetable. Et ils appellent les autorités des différents pays du à se constituer des stocks de masques réutilisables et non jetables et périssables pour faire face aux pandémies.

Marie Dupin