RMC

"Dupin Quotidien": les pharmaciens bientôt autorisés à prescrire des médicaments

Les pharmaciens devraient pouvoir bientôt délivrer certains médicaments sur ordonnance sans avoir besoin de la prescription du médecin. C'est un amendement au projet de loi de la Sécurité sociale qui a été voté en commission. Comment cela va se passer concrètement?

Les pharmaciens devraient bientôt pouvoir délivrer eux-mêmes certains médicaments sur ordonnance… Sans avoir besoin de la prescription du médecin. Cet amendement pour étendre leur champ de compétences a été adopté en commission des affaires sociales, jeudi dernier et doit maintenant passer devant l’hémicycle avant d'être expérimenté.

En clair, au lieu de prendre un rendez-vous en urgence chez le médecin, de faire des kilomètres en voiture, ou d’attendre tout le week-end pour y aller le lundi matin et obtenir votre ordonnance, vous pourrez tout simplement vous rendre dans votre pharmacie et repartir avec le médicament dont vous avez besoin, sans prescription du médecin.

Evidemment, on ne parle pas de nez qui coule ou de petite irritation de la gorge. Cela devrait concerner des cas précis et peu nombreux: une rage de dents, une migraine violente ou une cystite aigüe, par exemple. Autant de douleurs qui s'atténuent mais ne se soignent pas avec de l’ibuprofène ou des anti-inflammatoires, et qui nécessitent des médicaments plus forts, sur ordonnance.

Pas un simple passage en pharmacie 

Tout cela devra être encadré: d'abord, le pharmacien pourra vous délivrer un médicament surveillé seulement en cas de douleur aiguë et pas de maladie chronique. Il aura toute une série de questions à vous poser, auxquelles vous devrez répondre par oui ou non.

Par exemple: est-ce que votre migraine est chronique? Est-ce que vous avez d’autres symptôme?

En fonction de vos réponses, le pharmacien pourra vous délivrer le médicament adéquat, ou alors vous renvoyer vers votre médecin traitant.

Quand?

Le député de la majorité Thomas Mesnier veut aller plus loin et demander aux pharmaciens de pouvoir prescrire directement des médicaments. Il doit déposer un amendement cette semaine pendant l’examen du budget de la Sécurité sociale. Mais c'est aussi la plus grande crainte des médecins…

Ils vont devoir déléguer alors que la prescription est l’essence même de l’acte médical. Il ne faut pas confondre les rôles, ne pas confondre prescription et délivrance du médicament, avancent-ils. 

Ce processus devrait prendre toutefois un certain temps. Il faut d'abord déterminer les pathologies et les médicaments concernés par cette prescription en officine, les questions auxquelles le patient devra répondre. Il faut également déterminer les deux régions test. Autant de mises en places qui devraient être examinées d'ici le mois de mars, voire septembre 2019.

Anaïs Bouitcha et X.A