RMC

Services pédiatriques saturés: en colère et usés, des soignants manifestent jusqu'à l'Elysée

Un cortège de soignants en service pédiatrique partira ce mercredi de l'hôpital Necker-Enfants Malades à 10h à Paris pour rejoindre l'Elysée. Ils vont remettre au président de la République une lettre signée par plus de 7.000 soignants qui dénoncent les conditions de travail dans leurs services.

Les soignants pédiatriques sont en colère et veulent le faire savoir au président de la République, Emmanuel Macron. Ce mercredi matin, un cortège de soignants partira à 10 heures de l'hôpital Necker-Enfants Malades à Paris pour rejoindre l'Élysée et remettre une lettre à Emmanuel Macron.

Une lettre signée par 7.000 médecins et infirmiers, qui estiment que les services pédiatriques sont saturés alors que le pays connaît en ce moment même une épidémie de bronchiolite. Pour eux, les 150 millions d'euros débloqués par le gouvernement sont insuffisants, et il faudrait au moins 10 fois plus.

Car si la situation est particulièrement critique en Île-de-France, c'est en fait partout le même problème: il manque des lits parce qu'il manque des infirmières. En ce moment, à Marseille, 35 lits sont fermés sur une centaine. Le plan blanc a même été déclenché à Rouen, au Havre et à Bordeaux. Les soignants le disent, ils sont au bout du rouleau.

De plus en plus de burn-out

Malgré la fatigue, ils acceptent pourtant de faire des heures supplémentaires parce qu'il y a aussi de la culpabilité vis-à-vis des collègues et des soignants. "On se demande pourquoi on s'inflige ça", confie un pédiatre.

Et la situation est pire que l'an dernier. À chaque crise, du personnel part en burn-out. Un vrai cercle vicieux.

Les médecins demandent donc des mesures immédiates pour faire face au pic de l'épidémie de bronchiolite prévu mi-novembre. Sinon, il y aura forcément des accidents. “On a dépassé la limite”, préviennent les soignants.

Amandine Réaux avec Guillaume Descours