RMC

"Être à l'intérieur aussi longtemps me rendait fou": les habitants de Wuhan autorisés à sortir de chez eux

Les 11 millions d'habitants de la ville sont désormais autorisés à sortir de la ville, alors que depuis le 23 janvier, la population de cette municipalité du centre du pays ne pouvait pas passer les frontières de la commune.

Après des semaines de confinements, les habitants de Wuhan en Chine, où a débuté la crise mondiale liée au coronavirus, sont autorisés à sortir de chez eux. Depuis minuit, heure locale, le bouclage de Wuhan, a été levé. Les 11 millions d'habitants de la ville ne pouvaient en effet pas, depuis le 23 janvier, passer les frontières de la commune.

Zhengkun a du mal à y croire. Il peut enfin mettre un pied dehors.

“Je ne suis pas sorti depuis 70 jours. C'est mon premier jour dehors. Je suis très excité. Être à l'intérieur aussi longtemps me rendait fou. Pouvoir sortir, c'est tellement fort, je ne l'oublierai jamais. Ce sera gravé dans la mémoire, c'est une expérience qu'on ne vit qu'une fois dans sa vie”, confie-t-il.

À minuit, les portes de la gare de Wuhan ouvrent à nouveau leurs portes, reconnectant ainsi la ville avec le reste du pays. Zhen est arrivée en avance, pas question de rater les premiers trains. “Une fois que le blocage sera levé, il y aura beaucoup de monde qui va vouloir partir, alors je suis venue plus tôt pour partir ce soir. Il est presque minuit, donc je suis venue pour partir vite. J'avais peur qu'il y ait trop de monde”, explique-t-elle.

Des règles de distanciation sociale

Sur les quais, une voix retentit dans les haut-parleurs : "Les Wuhanais sont des héros". Un avis partagé par Chiang, originaire de la ville.

“Les habitants de Wuhan ont payé un lourd fardeau, et ont beaucoup supporté mentalement et psychologiquement. On savait que l'épidémie était un désastre, mais le peuple de Wuhan est connu pour sa force et sa volonté à travers l'Histoire, et on ne perd jamais”, assure-t-il.

Mais un retour à la normale va prendre du temps. Les habitants de Wuhan sont toujours soumis à des mesures strictes de distanciation sociale, afin d'éviter une deuxième vague de contamination. 

Caroline Philippe avec Guillaume Descours