RMC

"Expliquez-nous": pourquoi l'Afrique doit-elle se préparer au pire en cas de propagation du coronavirus sur le continent?

L'Organisation mondiale de la santé demande aux Africains de se réveiller et de se préparer au pire. Le continent africain est pourtant pour le moment le moins touché par le Coronavirus.

Quand on regarde une carte du monde, c’est frappant. Les pays les plus touchés par le coronavirus, sont les plus développés : la Chine, les Etats-Unis, l’Europe en tête. Et les pays les moins touchés du monde sont tous en Afrique. Sur le continent, on recense seulement 10.000 cas et 450 morts pour plus d’un milliard 200 millions d’habitants. C’est très peu, même si ces chiffres sont sûrement sous-estimés. Mais pour l’instant ce virus fauche globalement les pays riches et épargne les pauvres.

D’ailleurs certains Africains l’appellent le virus des riches. C’est ce qu’on dit par exemple à Kinshasa, la gigantesque capitale de la République démocratique du Congo. Parce que tous les cas recensés sont localisés dans le quartier des affaires et des ambassades. Il n’y a pas de cas dans les banlieues populaires où les habitants ne se sentent pas concernés et ne respectent pas le confinement. À Dakar au Sénégal, c’est plutôt la maladie des Blancs. Un quotidien a titré: “Le virus des Français arrive”. 

Christophe Rufin, l’écrivain, ancien ambassadeur de France au Sénégal a donné le conseil a tous les expatriés, de rentrer s’il le peuvent. Craignant des violences anti-française si l'épidémie se développe. Il y a 20.000 Français qui vivent au Sénégal et autant en Côte d'Ivoire.

L’Afrique qui est donc plutôt épargnée, mais cela pourrait ne pas durer. L’OMS estime que l’Afrique doit se préparer au pire. Le patron du fond mondial contre le Sida et la Malaria a estimé mardi que la catastrophe est imminente. Parce que les systèmes de santé ne seront pas capables de traiter un afflux de malade en détresse respiratoire. À Kinshasa, par exemple, on compte cinq appareils d’assistance respiratoire pour 12 millions d’habitants. En République Centrafricaine, trois dans tout le pays. En Afrique de l’Ouest francophone, il y a 2 médecins pour 10.000 habitants contre 32 en France, 5 lits d'hôpitaux pour 10.000 habitants contre 70 chez nous. Une vague de malades comme on en connaît aujourd’hui en France, en Italie, ou en Espagne serait donc un drame absolu. Ces malades ne serait tout simplement pas soignés.

Manque de moyens

En ce qui concerne le diagnostic et le dépistage les problèmes sont les mêmes: manque de tests, manque de moyen statistique. En temps normal au Niger par exemple, seulement 3% des décès sont déclarés à l'État-civil et 12 % des naissances. On imagine bien que personne ne sera en état de compter le nombre de cas de Covid dans ce pays. 

Enfin, on le sait bien ici, le plus efficace pour l’instant contre l'épidémie, c’est le confinement. Sauf qu’il est quasiment impossible à faire respecter en Afrique. 85% de la population africaine travaille dans le secteur informel, c’est-à-dire travaille au noir, sans aucune couverture sociale. Ce qui veut dire que si les gens ne sortent pas travailler et bien, ils ne peuvent pas se nourrir. C’est pour cela que le confinement n’est généralement pas respecté. 

Au Kenya, la capitale Nairobi, a plutôt été coupées du reste du pays, mais pas confinée. De nombreux pays ont imposé des couvres-feu la nuit. Interdiction absolue de sortir de 19 heures à 5 heures du matin, par exemple au Burkina Faso. Mais dans la journée, les gens sortent et vont aux marchés. 

Enfin, les frontières extérieures ont été totalement fermées en Côte d'Ivoire, au Rwanda, au Niger entre autres. Les ports et les grands aéroports sont généralement à l'arrêt. On ne circule pratiquement plus d’un pays à l’autre. Le continent est donc presque paralysé avant même d’avoir été vraiment touché par le virus. Avec des conséquences économiques encore incalculables. L’Union africaine prévoit à court terme, la perte de 20 millions d’emplois, accompagnée par des émeutes et des violences sociales. 

Et pour montrer que l’heure est grave, les gouvernements du Kenya et du Rwanda ont pris la même décision: tous les ministres et tous les hauts fonctionnaires et directeurs d’administration ont renoncé à leurs salaires pour le mois d’avril. Il sera versé pour l’aide aux plus pauvres.

Un espoir : la jeunesse de la population

Il y a tout de même un petit espoir pour l’Afrique, d'échapper au pire. Le continent a un atout extraordinaire, c’est la jeunesse de sa population. La moyenne d'âge du continent est de 19 ans, contre 43 ans en Europe et 42 ans en France. En Ouganda, 50 % de la population a moins de 15 ans. A 17 ans vous êtes vieux.

C’est ce qui pourrait sauver le continent. Certains épidémiologistes espèrent que ces populations jeunes puissent acquérir une immunité collective très rapidement. L’autre espoir pour l’Afrique, c’est sa météo. La chaleur pourrait nuire au développement du Coronavirus. Pour l’instant, ce n’est qu’une hypothèse. Pas confirmée. Mais on a le droit d'espérer.

Nicolas Poincaré