RMC

"Expliquez-nous": quelles sont les pistes du gouvernement pour le déconfinement ?

La sortie du confinement sera progressive. C’est ce qu’a annoncé le Premier ministre mercredi devant la mission d’information de l’assemblée. On ne connaît pas la date de ce déconfinement, mais on commence à comprendre les scénarios.

Il n’y aura pas un jour J, une heure H. Le confinement a commencé le 17 mars à midi, et depuis tout le monde rêve du moment ou il se terminera. Le jour où les Français seront libérés. On pouvait imaginer une grande fête, la réouverture des terrasses et des cinémas. Cela aurait pu être un samedi soir, peut être début mai, il aurait fait beau et chaud et tout le monde se serait embrassé. Et bien non cela ne va pas se passer comme ça.

Le Premier ministre, Édouard Philippe, a annoncé mercredi soir que cela se ferait par étapes. Autrement dit, on est officiellement confinés pour 13 jours encore, jusqu'à la mi-avril. Mais il est très vraisemblable que le confinement soit encore prolongé de 15 jours de plus, jusqu'à la fin avril. Et à partir de là, si tout va bien, le confinement progressif pourrait débuter. En commençant par les départements les moins touchés. 

Dans les Landes ou dans les Ardennes, il y a eu qu’un mort jusqu'à présent. Deux morts seulement en Charente, dans les Deux Sèvres, dans le Puy de Dôme, dans les Alpes de Haute Provence ou en Haute Corse. Avec dans ce département un seul malade en réanimation même. Bref le virus a largement épargné des départements qui logiquement pourraient être déconfinés avant les autres. 

On pourrait aussi autoriser les Français à sortir de chez eux en fonction de leur âge. Les plus jeunes pourraient retourner au travail alors que les plus de 60 ans, par exemple, serait encore contraint de rester à la maison.

Attendre le passage du pic épidémique

Le gouvernement travaille surtout sur un scénario basé sur les tests de dépistage. D'après le magazine “Le Point”, la première réunion pour préparer le déconfinement a eu lieu le 18 mars. C’est-à-dire dès le lendemain de l’annonce du confinement. Emmanuel Macron a demandé à ses ministres de préparer la sortie. Pour éviter les risques de recontamination et de deuxième vague épidémique, l’idée serait de multiplier les tests sérologiques. Des tests sanguins, très rapides à faire, pour savoir qui est immunisé, protégé parce qu’il a rencontré le virus, même s’il n’a pas eu de symptôme. Ceux qui auraient des anticorps dans le sang, seraient a priori sans risque ni pour eux ni pour les autres et pourraient circuler normalement. Pour cela, il faudrait disposer de ces tests sérologiques, ce qui n’est pas le cas, mais ce qui devrait arriver très vite.

Cela permettrait de “libérer” tous ceux qui sont immunisés. Et de contrôler et d'isoler tout ceux qui sont contagieux. C’est-à-dire que l’on fera à la fin, ce que les Coréens ont fait au début. Des tests massifs et du confinement ciblé

Nos voisins Anglais et Allemands travaillent sur les mêmes scénarios. Dans ces deux pays, on imagine un “passeport” pour que tous ceux qui ont des anticorps puissent reprendre une vie normale et surtout puissent reprendre le travail.

Alors quels sont les critères qui détermineront le début du déconfinement ? Ce sera quand on sera sûr que le pic est passé. Cela sera déterminé soit par le nombre de nouveaux cas quotidien, soit par le nombre d'hospitalisations, soit, plus vraisemblablement, par le nombre de patients qui entrent en réanimation. Chiffre qui ne cesse d’augmenter en France, plus de 500 mercredi. Alors qu’en Italie, il a fortement chuté. Douze entrées en réanimation mercredi seulement. C’est ce chiffre qui donne un formidable espoir à tout le pays.

Pas de retour à la normale avant 6 mois selon les Anglais

L’Italie, justement, devrait prendre des décisions dès samedi pour le déconfinement. De premières décisions très prudentes. Avec peut-être un calendrier pour la réouverture de certains secteurs économiques. Pas la fin du confinement, mais le début d’une ouverture. Des mesures qui entreraient en vigueur dès la fin de la semaine dans le Trentin, région peu touchée, le 8 avril dans le Val d’Aoste, dans la région de Rome le 16 avril, mais en Toscane seulement le 5 mai prochain. La presse italienne commence à se projeter sur l’été en imaginant la réouverture des restaurants à condition que chaque table soit éloignée d’un mètre.

En Angleterre, les experts estiment qu’un retour complet à la normal n’interviendra pas avant six mois. Mais c’est surtout à Wuhan, en Chine, que le déconfinement est le plus avancé. Le métro circule de nouveau depuis quelques jours. Les habitants peuvent sortir de chez eux, s’ils disposent d’un QR code sur leur téléphone. QR code que l’on obtient en prouvant que l’on est pas malade, et que l’on n’a pas de parents malades. Dans une semaine, les habitants de Wuhan pourront même quitter la ville et circuler dans toute la Chine après deux mois et demi de confinement. 

En attendant, ils sont déjà assez nombreux à se rendre à la mairie. Car c’est une conséquence inattendue de l’enfermement, des couples font la queue à la mairie pour divorcer.

Nicolas Poincaré