RMC

Files d'attente et retrouvailles, après un mois de fermeture forcée, les commerçants soulagés de pouvoir rouvrir

Les règles sanitaires ont été renforcées: 8m2 par client. Logiquement, les acheteurs sont moins nombreux dans les magasins, et les files d'attente plus longue.

Du monde devant son magasin, des clients qui flânent en regardant ses sapins. Un week-end de travail bien rempli c'est un peu déjà Noël pour Laurence, fleuriste à Bordeaux. 

“Je suis trop contente, j’attendais ça. C'est un pur bonheur, on va pouvoir faire plaisir aux gens. Donc ça redonne un peu de gaîté. Je peux vous dire que quand j’ai fermé le premier week-end de novembre, je suis partie les larmes aux yeux”, assure-t-elle. 

À Paris, les magasins de vêtements ont aussi fait le plein de clients. Leslie, responsable d'une boutique dans le 14ème arrondissement. “Il y a eu un peu de queue. Les gens attendaient derrière la porte. On leur apportait un petit café pour leur tenir chaud, pour les occuper. Après, il y en a qui ont été un peu moins patients que d’autres ce qu’on peut comprendre et qui au bout de cinq-dix minutes ont lâché l’affaire”, indique-t-elle. 

Le nombre limite de clients, perturbe le chiffre d'affaire

Il y avait du monde, des queues interminables devant certains magasins. Faire les boutiques, c'était comme une envie pressante pour Jasmine parisienne.

“J’étais tellement en manque qu'on a tout fait des petits magasins aux grandes enseignes. Il fallait un peu se dépêcher parce que c’est bientôt Noël donc il fallait acheter des cadeaux pour toute la famille et puis on s’est fait plaisir aussi un peu. Il y avait énormément de personnes et c’est normal avec les fêtes de fin d’année qui arrivent. C’est un soulagement que tout soit rouvert. On a l’impression de revivre un petit peu”, indique-t-elle. 

Revivre presque comme avant, mais avec des consignes sanitaires et notamment le nombre de clients limités en magasin. À Toulouse, Arnaud, gérant d'une boutique de jeux de société, n'a pas pu travailler normalement pour ce week-end de réouverture.

“Toute l’équipe est extrêmement contente d’avoir pu retrouver le contact avec la clientèle. Après effectivement avec la limitation du nombre de personnes dans la boutique, on n'est pas au chiffre qu’on devrait faire, mais c’est mieux que rien”, ajoute-t-il.

C'est mieux que rien même si la majorité des commerçants disent ne pas pouvoir rattraper les pertes de chiffre d'affaire du mois de novembre.

Romain Poisot avec Guillaume Descours