RMC

Fin du masque en intérieur: ces Français qui vont continuer à le porter

Ce lundi 14 mars marque la fin du port du masque obligatoire en intérieur et du contrôle du pass vaccinal dans les lieux publics. Après deux ans d’épidémie de Covid-19, certains ont appris à voir les bons côtés des gestes barrières.

L'essentiel des restrictions anti-Covid sont levées ce lundi en France. Le port du masque en entreprise et à l'école n'est plus obligatoire. Mais certains ne vont se relâcher totalement pour autant, d'autant que les contaminations repartent à la hausse.

"Je vais continuer à le porter dans les lieux bondés", assure par exemple Romain, auditeur d’RMC, au micro d’Apolline de Malherbe. "Depuis deux ans, je n’ai pas chopé une seule gastro !", se réjouit-t-il.

"Maintenant, pas une seule petite maladie, pas un seul arrêt de travail, rien !"

Il y voit en effet quelques avantages, car la mise en place des gestes-barrière a permis une baisse des contaminations à la Covid-19, mais également une baisse des contaminations tout court.

"L’année d’avant -avant l’épidémie ndlr- j’étais tombé malade, contaminé par mon fils. Les écoles sont des nids à microbes (…) Il nous a couchés pendant une semaine. Et là maintenant, pas une seule petite maladie, pas un seul arrêt de travail, rien !".

Le port du masque n’est en effet pas lié uniquement à l’épidémie des deux dernières années. Dans certains pays d’Asie, comme le Japon ou la Corée du Sud, il est utilisé depuis des années comme outil de prévention des risques sanitaires.

"Ca reste une bonne mesure même si, on ne va pas se mentir, ça fait du bien de revoir des visages", sourit Romain.

Si les mesures restrictives viennent à peine d’être levées en France, le port du masque pourrait être à nouveau encouragé et faire l’objet de recommandations, à l’heure où les autorités sanitaires craignent un nouveau rebond épidémique.

Tiffany Konaté