RMC

Foyers de contamination en Mayenne: le gouvernement veut le masque obligatoire "sans attendre" le 1er août

-

- - RMC

En Mayenne, l'incidence - le taux de patients positifs par rapport à la population - est "supérieure à la moyenne nationale", a souligné Olivier Véran.

Le gouvernement a demandé au préfet de Mayenne, qui compte plusieurs foyers de Covid-19, de mettre en place "l'obligation de port du masque" dans les lieux publics clos "sans attendre" le 1er août, a affirmé jeudi le ministre de la Santé Olivier Véran.

"Nous avons demandé au préfet de Mayenne de mettre en place un certain nombre de mesures, comme l'obligation de port du masque dans les lieux publics sans attendre la date du 1er août", pour faire face à l'épidémie, alors que la situation dans le département est "problématique", a déclaré le ministre sur France Inter.

Le préfet de Mayenne devrait préciser ces mesures lors d'une conférence de presse dans la matinée. En Mayenne, l'incidence - le taux de patients positifs par rapport à la population - est "supérieure à la moyenne nationale", a souligné le ministre. 

"Il y a des groupes de patients identifiés, des chaînes de contamination qui sont traquées", a développé le ministre. La plupart des cas se trouvent dans des "lieux clos ou confinés dans lesquels on sait identifier les personnes qui sont malades", mais "il y a aussi du virus qui circule sur le territoire". "C'est pourquoi nous augmentons massivement la capacité de tests sur place", avec à Laval, quatre "drive-tests" accessibles à tous "même sans ordonnance", a souligné le ministre.

"Signaux faibles" en Ile-de-France

La Mayenne, qui compte plusieurs foyers de Covid-19, a dépassé légèrement le seuil d'alerte avec 50,1 nouveaux cas pour 100.000 habitants détectés en sept jours, selon l'agence sanitaire Santé publique France (SpF).

Le ministre de la Santé a également indiqué que des "signaux faibles de reprise" de l'épidémie de Covid-19 sont signalés dans des hôpitaux parisiens, appelant à la "vigilance" des Français.

"Nous assistons dans certains hôpitaux parisiens à des signaux faibles de reprise épidémique, c'est pourquoi je demande aux Français de rester particulièrement vigilants, actifs, contre le virus", a déclaré le ministre, qui ne "veut plus confiner le pays".
La rédaction de RMC avec AFP