RMC

Grâce aux technologies, ces start-ups veulent redonner la vue aux non-voyants

C'EST DEJA DEMAIN - Redonner la vue à des non-voyants… C'est le projet de plusieurs startups qui travaillent sur des innovations révolutionnaires dans ce domaine.

Des miracles technologiques et scientifiques. Quand l’innovation permet à ceux qui avaient perdu la vue de la retrouver. C’est une première qui a eu lieu il y a quelques semaines dans un hôpital israélien. Un homme de 78 ans, quasi aveugle, avait perdu la vue il y a 10 ans environ et il pouvait vaguement reconnaître des formes floues, mais par exemple impossible de distinguer le visage de ses proches.

Et il peut désormais voir presque normalement, une main qu’on tend devant lui, des chiffres qu’on lui montre. Et surtout il voit sa fille, pour la première fois depuis 10 ans. Grâce à une cornée artificielle mise au point par une startup qui s’appelle Corneat Vision.

La cornée, c’est cette lentille protectrice située à l’avant de l’œil et qui fait converger la lumière vers le cristallin et la rétine. Un élément essentiel de notre vision. C’est donc une prouesse technologique assez dingue d’être parvenu à concevoir une cornée synthétique qu’on va implanter dans l’œil, sous la muqueuse, presque comme un lego.

En fait c’est un bijou de technologie, recouvert d’un matériau qui va stimuler la prolifération des cellules vivantes. Autrement dit, le tissu va se reconstituer naturellement autour de cet implant artificiel. Il existe des greffes de cornée mais c’est très complexe, il faut trouver un donneur, ce qui est compliqué et surtout ça ne prend pas toujours. Là c’est une opération relativement simple, qui dure 45 minutes et pour un prix tout à fait raisonnable.

Un vrai espoir pour tous ceux qui souffrent de maladies de la cornée. A noter que c’était la première étape d’un essai clinique afin d’obtenir la marque CE et une autorisation de la FDA aux Etats-Unis, donc il faudra probablement attendre encore quelques mois ou années avant que ce genre de procédure ne se généralise.

Ce n’est pas la seule expérimentation en la matière, une entreprise française a mis au point ce qu’on pourrait appeler un œil bionique

Un implant électronique qui permet à des gens qui ont complétement perdu la vue de la retrouver en partie. En l’occurrence il s’agit de patients atteints de dégénérescence maculaire, première cause de cécité en France, plus d’un million de personnes concernées.

Ce qu’a mis au point cette medtech parisienne, qui s’appelle Pixium vision, c’est un œil bionique. Ca prend la forme d’un implant minuscule, de 30 microns d’épaisseur, 30 millièmes de millimètre équipé de plusieurs centaines d’électrodes, qu’on va implanter au niveau de la rétine.

Ces électrodes vont remplacer les photorécepteurs, les neurones qui permettent la vue- devenus hors d’usage. Le dispositif est relié à une petite caméra, qui filme en temps réel tout ce qui se trouve dans le champ de vision du patient. Ce sont ces informations qui sont envoyées vers l’implant électronique.

Les images sont alors transformées en un signal électrique que le cerveau est capable d’interpréter. Pour l’instant c’est très basique. Le premier patient opéré est passé de l’obscurité totale à la perception de signaux lumineux, et avec de la rééducation il va apprendre à interpréter ce qu’il voit. Les patients équipés depuis plusieurs mois sont capables de reconnaître des formes, une voiture, un monument, une personne qui passe à côté d’elle.

Et au fil des avancées technologiques, on va pouvoir mettre de plus en plus d’électrodes sur l’implant, et les patients pourraient reconnaître, des visages, des lettres et avoir un confort visuel à peu près équivalent à la télé en noir et blanc des années 60. Pas encore la haute définition, mais largement suffisant pour retrouver une certaine forme d’autonomie.

Autre technologie prometteuse : une canne intelligente qui permet aux non-voyants de se guider dans la rue

Une « smart cane » mise au point par un ingénieur lui-même non-voyant. Ce n’est plus une canne, c’est quasiment un accessoire de James Bond. Elle est bardée de capteurs à ultrasons pour mieux détecter les obstacles, notamment au niveau de la tête ou de la poitrine.

Elle est dotée d’un assistant vocal avec des hauts parleurs pour dire à la personne qui la porte ce qui se trouve autour d’elle. Et elle est même connectée à Google Maps. On entre sa destination et la canne va vibrer à chaque fois qu’il faut tourner.

Anthony Morel (avec J.A)