RMC

Hospitalisé pour une détresse respiratoire, qui est Akhenaton membre historique du groupe IAM?

Le portrait du jour c'est Akhenaton. Figure du rap français, un poète contestataire qui s'est illustré ces derniers mois pour ses prises de position sur la politique sanitaire du gouvernement. Mais son insoumission n'est pas nouvelle.

Akhenaton, le fondateur du groupe IAM a été hospitalisé pour une détresse respiratoire. Selon son entourage, il irait mieux et serait sorti de l'hôpital. Le rappeur s'est illustré ces derniers mois pour ses prises de position sur le pass sanitaire.

>> A LIRE AUSSI - Le rappeur Akhenaton, positif au Covid-19, hospitalisé pour détresse respiratoire

C’est vrai qu’on a beaucoup parlé de lui et de son groupe, contraint d’annuler des concerts pour un cas de covid. Le 17 juillet, Akhenaton affiche publiquement son opposition au pass sanitaire et à la vaccination obligatoire dans une vidéo qu’il poste sur les réseaux sociaux. Il dit qu'"il en va de nos libertés et de l'avenir de nos enfants" et de conclure : "Vive l'unité et vive l'humanité".

Un poète contestataire

Ce n'est pas la première fois qu’il s’oppose ouvertement à la politique du gouvernement. En mai dernier, avec son groupe IAM, il doit participer à l'expérimentation d'un concert test à Marseille. Mais l’événement est annulé par le ministère de la Culture. Dans une interview, il dit "regretter que dans l'ensemble de cette crise, le politique ait plus de poids que les scientifiques".

Cette insoumission n'est pas nouvelle. En 30 ans de carrière, Akhenaton, de son vrai nom, Philippe Fragione, s'est imposé dans le rap français comme un poète contestataire. Avec ses mots, il dit les maux de notre société.

Dans ses textes, il dénonce notamment les politiques qui œuvrent davantage pour leurs intérêts que pour le bien commun. Sa plume décrit la violence de l'État, du système capitaliste, mais aussi la situation dans les quartiers.

Ses origines sont italiennes. Sa famille a fui le fascisme, et vote historiquement à gauche. Comme lui. Mais pas une gauche "qui nous explique comment on doit vivre dans les quartiers, ceux-là sont pires que la droite", explique t-il dans une interview. 

Son engagement politique, il l'hérite de sa mère. Lorsqu'il est enfant, elle l'emmène dans des manifestations et des réunions de la CGT et du parti communiste. 

En mai dernier il publie une nouvelle version d'une chanson sortie il y a 15 ans: la fin du monde. Et son constat est sans appel: le monde ne va pas mieux. Il y fait d'ailleurs une allusion au covid. "La course au vaccin rend le monde solidaire? Non, ce monde a faim et alimente un ver solitaire".

Ces derniers mois, le rappeur critique également très durement la télé-réalité. Et épingle les producteurs: "Les gens qui produisent ces programmes ne doivent pas se plaindre de l’état du pays et de la jeunesse en France !"

Margaux Bourdin