RMC

"Il faut recruter massivement des psychologues": l'appel des directeurs d'Ehpad sur RMC

Pascal Champvert, président de l'association des directeurs au service des personnes âgées, l’AD-PA, demande ce lundi sur RMC un meilleur accompagnement psychologique pour les résidents mais aussi les soignants.

Le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé dimanche le rétablissement "à partir de" lundi d'un "droit de visite pour les familles" dans les Ehpad, dans des conditions "extrêmement limitées", et dans "les établissements qui accueillent des personnes en situation de handicap".

Pascal Champvert, président de l'association des directeurs au service des personnes âgées, l’AD-PA est satisfait de cette décision comme il l'a expliqué ce lundi matin sur RMC. Des visites aux pensionnaires des Ehpad étaient d'ailleurs à nouveau possibles depuis samedi dans le Bas-Rhin, au cas par cas et en respectant des consignes strictes

"Nous sommes ravis, nous avons beaucoup milité en ce sens donc nous sommes ravis qu'ils nous aient entendus. C’est fondamental que les personnes âgées puissent voir leurs familles et inversement."

"Nous avons besoin d'un plan de recrutement massif de psychologues"

Il assure que les Ehpad seront logiquement "vigilants" sur les procédures à respecter, notamment les gestes barrière, et a ajouté "l'impossibilité maintenue d'aller toucher la personne, d'être en contact physique". "Par contre, il y aura un contact visuel", précise-t-il.

Pascal Champvert a également appelé à un plus grand soutien psychologique des résidents qui sont coupés du monde en raison de cette crise inédite.

"Il faut que les personnes âgées puissent sortir dans les parcs pour prendre l'air. Que les bénévoles puissent revenir. Et surtout nous avons besoin d'un plan de recrutement massif de psychologues et la possibilité d'avoir recours à des coachs. Les équipes sont extrêmement fatiguées, très sollicitées, les dirigeants aussi, et les personnes âgés ont besoin d'accompagnement psychologique. (...) En urgence, il faut embaucher des psychologues dont on espère qu'ils resteront une fois la crise passée."
J.A.