RMC

"Il faut rompre l’omerta et mettre en place des sanctions": à l'hôpital, le personnel féminin n'échappe pas aux discriminations

Les hôpitaux français ne sont pas épargnés par les discriminations à l'encontre des femmes. Enceinte, Linda en a fait les frais.

Quelle place pour les femmes à l’hôpital ? Une étude menée par deux syndicats dresse un tableau peu reluisant. Plus d’une femme médecin sur deux dit avoir été victime de sexisme ou de discrimination au travail. De plus celles ayant eu des enfants sont un tiers à estimer que leur grossesse ont pénalise leur carrière.

C’est le cas de Linda, qui a fait l’objet de tellement de réflexion de la part de son chef qu’après son accouchement, elle s’est résignée à changer de service : "Cela m’a dégouté. Je veux avoir d’autres enfants, je n’ai pas envie de revivre la même chose pour ma seconde grossesse", assure-t-elle au micro de RMC.

Le congé maternité de Linda comparé à des "vacances"

Le médecin de 31 ans est alors seulement la deuxième femme en service réanimation et lorsqu'elle annonce à sa hiérarchie qu'elle est enceinte son chef de service lui assure clairement que cela va "être un problème", étant donné qu’elle n’est pas remplacée lors d’un congé maternité.

Jusqu’à son arrêt de travail, il lui reproche de se désinvestir et à son retour, elle découvre qu’elle a moins de jours de repos que ses collègues : "Il m’a dit 'comme tu reviens de vacances ce serait bien que tu travailles un peu plus que les autres pour rattraper tout ce que tu n’as pas fait'".

"Rompre l'omerta"

Les signalements de Linda à la médecine du travail ne changent rien: "Ils m’ont alors conseillé de me taire parce que ça risquait d’avoir des répercussions sur ma carrière. Ce n’est pas normal qu’au sein même d’un service public on accepte des discriminations de ce genre".

"Il faut rompre l’omerta et ensuite mettre en place éventuellement des sanctions régionales ou nationales", assure Nicole Smolski du syndicat Action Praticiens Hôpital, à l’origine de l’étude. Elle propose également la création d’un observatoire des discriminations au sein des hôpitaux pour que les signalements soient mieux pris en compte

Nicolas Traino (avec Guillaume Dussourt)