RMC

"Ils attendent quoi?": une médecin d'Argentine attend depuis un an la reconnaissance de son diplôme

La reconnaissance des diplômes étrangers de médecine prend parfois beaucoup (trop) de temps, malgré l'urgence médicale en France, alors que près de 7 millions de Français vivent dans un désert médical.

Marina est dans une impasse administrative. Elle nous a contacté à l'adresse rmcpourvous@rmc.fr, pour tenter de trouver une solution à son problème. Cette médecin généraliste a obtenu son diplôme en Argentine, mais elle n'arrive pas à faire reconnaître ce diplôme en France. Elle a déposé son dossier il y a presque un an, mais pas de réponse. Pourtant Marina pourrait remplacer un médecin qui part à la retraite bientôt dans un désert médical.

"Ce médecin traitant pour lequel je travaille attend la validation pour que je sois sa remplaçante, pour pouvoir ne pas laisser ses 2.000 patients à la rue. Je ne comprends pas, avec le manque de médecins et la pandémie et les manques au niveau sanitaire, qu'on ne puisse pas trouver une solution, ou juste aider les étrangers qui viennent travailler ici pour aider les Français."

"Toute la journée on voit dans les médias qu'on n'a pas assez de médecins... Qu'est-ce qu'ils attendent?"

Les médecins de ce cabinet ne comprennent pas cette situation. Isabelle est secrétaire médicale dans le cabinet où Marina voudrait travailler en tant que médecin:

"Toute la journée on voit dans les médias qu'on n'a pas assez de médecins... Qu'est-ce qu'ils attendent? Quand on a des opportunités comme cette jeune femme qui veut travailler, pourquoi on lui interdit, pourquoi on ne lui donne pas de réponse ? Les maladies, la médecine, c'est universel. Qu'on soit malade en Argentine, en Belgique, en France c'est pareil"

Marina a déposé son dossier auprès du Centre National de Gestion. C'est l'organisme qui centralise ce type de demandes. On a donc contacté cette structure qui nous assure que des événements seraient "prochainement communiqués" à Marina. C'était il y a une semaine mais pour l'instant, Marina n'a rien reçu, ni coup de téléphone, ni courrier, ni e-mail.

Marie Dupin (édité par J.A.)