RMC

"Ils rachètent des cargaisons entières en cash": des masques commandés par la France rachetés "sur le tarmac" par les Américains

RMC
C'est Jean Rottner, président de la région Grand Est et médecin, qui a révélé l'affaire digne d'un film d'espionnage.

Ce pourrait être le début d'un blockbuster hollywoodien: des millions de masques, embarqués dans un avion, rachetés au prix fort directement sur le tarmac juste avant le décollage, en "cash". 

"Un pays étranger a payer trois fois le prix de la cargaison sur le tarmac. Ce que je sais, c'est que la commande, payée et livrable, a été détournée parce qu'achetée" dénonce Renaud Muselier, président de la région PACA, s'exprimant en tant que Président de Régions de France et citant un président de région sans donner de précision.

Ainsi, des masques commandés en Chine par la France sont rachetés par les Américains sur le tarmac des aéroports chinois d'où doivent partir les avions de livraison, qui se dirigent ensuite vers les Etats-Unis au lieu de la France, a regretté mercredi le président de la région Grand Est, Jean Rottner.

Selon lui, les Américains payent trois ou quatre fois le prix des commandes passées par la collectivité: "Il faut vraiment se battre", explique-t-il. Invité de RMC, il raconte: "Les Américains sont en capacité de racheter des cargaisons entières en cash. Nous avons sélectionné des importateurs reconnus pour leur sérieux. Nous avons commandé 5 millions de masques et nous avons fragmenté cette commande pour ne pas avoir tous nos oeufs dans le même panier". 

Autre aspect de la concurrence américaine: les Etats-Unis commandent deux ou trois milliards de masques. "Avec nos cinq petits millions, on passe toujours après", déplore-t-on du côté de la présidence de la région Nouvelle Aquitaine. 

"Ce sont des vols pour lesquels on se bat 24 heures sur 24: il faut absolument permettre à ses avions décoller. Nous sommes pugnaces, nous tenons à ces commandes, à ce que ces masques arrivent pour protéger nos soignants" précise Jean Rottner.

Les élus réfléchissent à sécuriser la marchandise, quitte à ce que la livraison prenne plus de temps: c'est ce que préconise Renaud Muselier, en région PACA.

Deux millions de masques chirurgicaux commandés par la région Grand Est à la Chine ont été livrés dans la nuit de mardi à mercredi à l'aéroport de Bâle-Mulhouse. Jean Rottner, lui-même médecin urgentiste, a commandé au total cinq millions de masques, financés par le budget de la région. Le Grand Est a été la première région à recevoir sa propre commande de masques passée en complément des commandes nationales.

L'importation est pour le moment nécessaire: les soignants ont besoin de 40 millions de masque par semaine. La production de masques en France, qui était de 6 à 8 millions par semaine, augmente de jour en jour.

Autre aspect: la flambée des prix. "Aujourd'hui, nous recherchons des blouses et des surblouses. En temps normal, une surblouse coûte 30 centimes. Aujourd'hui, sur les marchés, et notamment en Chine, on peut voir les prix osciller entre 3 et 6 dollars! Ca montre toute cette surcôte depuis l'arrivée des Américains" précise Jean Rottner, indiquant que la diplomatie "joue d'ores et déjà" entre les pays, avec une "voix qui porte avec les autorités américaines et chinoises".

Les Etats-Unis, qui ont tardé à prendre des mesures pour enrayer la propagation du coronavirus sur leur territoire, sont également à la recherche de masques. Sur RMC, mercredi, le médecin urgentiste Patrick Pelloux s'était alarmé affirmant que "Donald Trump est en train de faire une razzia de médicament au niveau mondial".

Gwladys Laffitte et Juliette Pietraszewski