RMC

"J'ai fait 60 km pour un comprimé": ces Français touchés par la pénurie de certains médicaments

En France, les ruptures de stock de médicaments augmentent. Un quart des Français aurait déjà été confrontés à un refus de délivrance de leur traitement pour une cause de pénurie.

L'urgence est là. Les ruptures de stocks de médicaments augmentent. Plus de 600 médicaments "essentiels", dits d'intérêt thérapeutique majeur, ont été en rupture de stock ou en tension d'approvisionnement en 2018. 

Un quart des Français aurait déjà été confrontés à un refus de délivrance de leur traitement pour une cause de pénurie selon une enquête réalisée par BVA France pour France Assos Santé en janvier dernier. C'est le cas de Christian et Line Bochet.

"On ne peut pas faire de la santé un problème financier"

Une douzaine de comprimés de Sinemet tous les jours: c'est le traitement de Line contre la maladie de Parkinson. Mais pendant près de six mois, ce médicament est en rupture de stock.

Alors, son mari Christian se démène pour qu'elle n'en manque pas:

"J'ai pratiquement fait toutes les pharmacies de la région. Mes enfants m'ont aidé. J'ai même fait jusqu'à 60 kilomètres aller-retour pour trouver ce qu'il fallait. Je l'ai très très mal vécu parce que c'est difficile de laisser une personne sans avoir les soins appropriés. Ca m'a plutôt mis sérieusement en colère. On ne peut pas faire de la santé un problème financier. Ce n'est pas possible". 

"C'est tout à fait scandaleux"

Excédé, Christian a saisi la Cour Européennes des droits de l'homme mais la procédure n'a rien donné. Alain Michel Ceretti, de France Assos Santé, regroupant plusieurs associations de patients, estime qu'il y a urgence à agir: 

"C'est tout à fait scandaleux. En France, on a des malades qui attendent leurs médicaments. La peur change de camp. Elle est du coté des patients, des pouvoirs publics parce qu'on a pas grand chose comme outil de négociation vis à vis des industriels". 

Entre 2008 et 2018, le nombre de médicaments en rupture a été multiplié par 13. Les médicaments les plus touchés sont les vaccins, les anticancéreux et les antiépileptiques. 

Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, a présenté ce lundi son projet de feuille de route pour lutter contre ces pénuries de médicaments.

Caroline Philippe avec Julien Vattaire