RMC

"Je préférerai rester chez moi": alors que la rentrée se profile, les Français craignent-ils de retourner au travail en présentiel?

La rentrée qui se profile pourrait signifier la fin du télétravail et le retour massif en présentiel.

Après de longs mois de télétravail, la rentrée devrait se faire en présentiel pour de plus en plus de travailleurs. Si les employeurs demandent à leurs employés de revenir peu à peu au bureau, l'épidémie est elle toujours là.

Les règles restent dans l’entreprise de Sara, commerciale. Masque, gel et distanciation sociale sont toujours de mise. Elle doit désormais être au bureau au moins deux jours par semaine mais elle appréhende la rentrée et le retour de tous ses collègues et clients:

"Je n'irai pas plus souvent. Pour le moment, si j'avais le choix, je préférerai rester chez moi. Je suis Anglaise et en Angleterre, la majorité des adultes sont doublement vaccinés contrairement à la France",

assure-t-elle alors que la vaccination des adultes est sensiblement la même des deux côtés de la Manche avec 76% des 50-59 ans et 61,1% 18-49 ans doublement vaccinés en France contre 61,8% des plus de 18 ans en Angleterre.

Secrétaire, Emma a elle confiance en ses collègues. C'est le trajet pour aller au travail qui l’inquiète:

"Les gens forcent le passage pour rentrer dans le métro, on est collés, à cinq centimètres et les gens ne mettent pas le masque à cause de la chaleur, c'est vraiment ça qui me fait peur".

"Des sujets avant considérés comme privés vont devoir être abordés dans la vie professionnelle"

Comme beaucoup d’autres, Pauline a fait du télétravail pendant près d’un an et demi. Le présentiel se remet doucement en place pour cette responsable des ventes dans l’agroalimentaire. Un retour sans encombre pour elle: "On va continuer à mettre le masque dans les open-space. Après, je suis vaccinée tout comme une majorité des autres, donc j'ai plutôt confiance".

Une organisation nouvelle, et des appréhensions que les responsables d’équipe vont devoir gérer selon Jean-Marc Le Gall, conseiller en stratégie sociale:

"Ce qui ont porté la crise, ce sont les managers. Il faut des managers de proximité plus proches de gens qui identifient les problèmes. Il faut parler par exemple de l'insécurité. Vous avez des gens que la pandémie inquiète et donc ce sont des sujets qui étaient auparavant considérés comme privés qui vont devoir être abordés dans la vie professionnelle. Il faut des managers avec du tact et de la qualité relationnelle, probablement plus qu'avant".

Il constate tout de même que de manière générale, de nombreux salariés sont optimistes sur le retour en présentiel. 

Bettina de Guglielmo (avec Guillaume Dussourt)