RMC

Jean Castex positif au Covid-19 et placé à l'isolement, de nombreux autres ministres cas contacts

Avant d'être testé positif au Covid-19, le Premier ministre avait appelé les Français à respecter les gestes barrières. Mais dans la foulée, il avait enchaîné lui-même poignées de main et rencontres sans masque au congrès des maires de France puis au Stade de France.

On le savait cas contact, après le diagnostic positif de sa fille de 11 ans, il est désormais positif. Le Premier ministre Jean Castex a été testé positif et placé à l'isolement pendant 10 jours souffrant d'une légère toux. L'agenda de Jean Castex "sera aménagé ces prochains jours afin qu'il poursuive ses activités tout en étant à l'isolement" pendant dix jours, a indiqué Matignon. Résultat: beaucoup de ministres ont été placés à l'isolement.

Dix ministres ont ainsi été considérés comme "cas contacts" dès lundi soir, dont Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, Eric Dupond-Moretti, le ministre de la Justice, Florence Parly, la ministre de la Défense, Clémente Beaune le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Roselyne Bachelot, ministre de la Culture, mais aussi Roxana Maracineanu, la secrétaire d'Etat au Sport, Jean-Baptiste Lemoyne, Geneviève Darrieussecq, Alain Griset et Marc Fesneau. Tous doivent se faire tester pour vérifier s'ils ne sont pas positifs. 

Toutefois, Gérald Darmanin a été testé négatif, tout comme Jean-Baptiste Lemoyne et Roxana Maracineanu: la ministre déléguée aux Sports était d'ailleurs sur RMC ce mardi matin. 

Tous s'étaient retrouvés à Bruxelles dans la matinée pour une réunion sur le thème de la sécurité. Les cinq responsables belges passeront un test PCR et resteront en quarantaine jusqu'à ce que le résultat du test soit négatif, a précisé le cabinet du chef du gouvernement belge. Il s'agit du Premier ministre belge Alexander De Croo et des ministres Sophie Wilmès (Affaires étrangères), Ludivine Dedonder (Défense), Annelies Verlinden (Intérieur) et Vincent Van Quickenborne (Justice). 

Le directeur général de la Sécurité intérieure, Nicolas Lerner, celui de la Sécurité extérieure, Bernard Emie, le procureur national antiterroriste, Jean-François Ricard, et le Coordonateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme, Laurent Nunez, faisaient également partie de la délégation lors de ce déplacement.

Le président de la République, Emmanuel Macron, lui, n'est pas cas contact car il n'a pas passé de temps avec Jean Castex lors de ces 48 dernières heures.

Poignées de main sans masque au Stade de France et au congrès des maires de France

Ces dernières semaines, Jean Castex a beaucoup appelé les Français au respect des gestes barrières. Pourtant le Premier ministre avait crée la polémique mardi dernier, enchainant les poignées de mains, sans masques avec plusieurs élus du Nord, en marge du congrès des maires de France. Samedi soir, c'est sans masque que Jean Castex s'est aussi affiché au stade de France puis dans les vestiaires de l'équipe de France de rugby, après la victoire contre la Nouvelle-Zélande.

Le chef du gouvernement français, 56 ans, avait été vacciné au printemps, sa deuxième injection d'AstraZeneca datant du 19 juin, et était éligible à une dose de rappel le 19 décembre prochain.

Depuis le début de la pandémie, le Premier ministre avait déjà été cas contact au Covid-19 à trois reprises: en septembre 2020 lors du Tour de France après avoir partagé la voiture du directeur de la compétition, Christian Prudhomme, une seconde fois à la suite d'un dîner avec Emmanuel Macron en décembre, puis en juin, après que l'épouse de Jean Castex avait contracté la maladie.

Avant lui, le président Emmanuel Macron avait été testé positif en décembre 2020. Plusieurs ministres ont également contracté le virus, comme le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, celle de la Culture, Roselyne Bachelot.

>> A LIRE AUSSI - Stations de ski et remontées mécaniques: le nouveau protocole sanitaire de cet hiver dévoilé

Paul Barcelonne (avec Guillaume Dussourt)