RMC

"Je suis désespéré, je ne sais pas ce qu'elle fait": dans son propre camp, Anne Hidalgo ne convainc plus

La Ville de Paris a annoncé la semaine dernière partir à la rescousse de Smovengo en apportant "l'expertise de ses services".

La Ville de Paris a annoncé la semaine dernière partir à la rescousse de Smovengo en apportant "l'expertise de ses services". - Eric Feferberg / AFP

LE JOURNAL DU OFF - Anne Hidalgo tente de relancer sa campagne. Mais même dans son propre camp, on a du mal à comprendre sa stratégie.

Après le Nord et l'Aisne, vendredi, Emmanuel Macron est à Amiens sur ses terres. A cette L'occasion il a pu échanger une poignée de mains interminable, près de 3 minutes, les yeux dans les yeux avec Xavier Bertrand, candidat au congrès des Républicains, président de la région des Hauts-de-France. De quoi faire monter la température. "Bertrand se prend pour l'alter-ego de Macron, mais il s'est fait envoyer dans les cordes, ramené à son rôle d'élu local", se moque un marcheur ; et après un week-end dans sa maison du Touquet, le chef de l'État achève sa tournée dans sa ville natale, ce matin. Alors l'opposition l'accuse évidemment de faire campagne, un de ses supporters balaye: "Macron gonfle son bilan, c'est de bonne guerre, quel président ne l'a pas fait ?"

Officiellement ce lundi, que du très local. La ligne de train entre Amiens et Paris, le Canal Seine Nord Europe - projet au long court qui doit permettre de relier la Seine et les canaux de Belgique et des Pays-Bas et l'inauguration d'une antenne de la Bibliothèque Nationale de France. "L'Etat fait preuve de bienveillance envers notre ville: la belle endormie se réveille", savoure un baron local, qui n'exclut pas qu'Emmanuel Macron fasse une virée dans une usine du coin.

  • Des joutes verbales à venir?

Peut-être va-t-il croiser la route de François Ruffin. Le député Insoumis de la Somme a séché la réunion de 9h15 avec des élus et des entrepreneurs locaux. "Il fait son sketch, avec son petit fan-club" chambre un soutien Amiénois d'Emmanuel Macron. Mais Ruffin organise le comité d'accueil avec des sage-femmes d'une clinique d'Amiens, en grève depuis le 22 octobre. Sur la photo aussi, un ancien salarié de l'usine Whirlpool, qui s'était retrouvée au cœur de la campagne d'entre-deux tours de la dernière présidentielle.

  • Anne Hidalgo en tournée de la dernière chance

Scotchée à 5-6% dans les sondages, la candidate socialiste re-re-re-relance sa campagne.. Cinq jours, 5 villes, 4 meetings pour parler écologie, santé, école, pouvoir d'achat : Mulhouse ce lundi soir, Besançon mardi puis Saint-Etienne, Chambéry et Avignon... Et dans son camp, c'est toujours l'abattement qui domine : "Je suis désespéré, je ne sais pas ce qu'elle fait, faudrait peut-être débrancher Anne", s'agace un de ses compagnons de route.

  • Éric Ciotti a bien failli manquer le début du 3ème débat de la droite

Alors qu'il revenait d'un meeting dans les Alpes-Maritimes... L'avion, qui transportait, Éric Ciotti a dû faire demi-tour au-dessus de la baie de Nice, à cause d'une étrange odeur de brûlé dans la cabine... Plus de peur de que mal... Finalement, il était bien là à l'heure, pour un troisième débat avant le Congrès, qui n'a pas dérogé à la règle : plus de la moitié de l'émission passée à parler sécurité et immigration...

  • Passe d'arme violente entre Éric Zemmour et Jean-Christophe Lagarde

Sur FranceInfo dimanche matin, le patron de l'UDI s'est agacé d'entendre Éric Zemmour se réclamer du RPR... "Si Monsieur Pasqua était là, il te filerait une balle dans la tête" lâche Jean-Christophe Lagarde... Malgré un "mea culpa" sur Twitter, ces propos - particulièrement violents - ont déclenché l'ire d'Éric Zemmour, qui écrit dans une lettre à Jean-Christophe Lagarde : "de toutes les racailles qui me prennent pour cible, tu n'es certainement pas la plus dangereuse, mais incontestablement la plus traîtresse"... Son entourage fait savoir qu'Éric Zemmour ne portera pas plainte.

>> A LIRE AUSSI - "Le gouvernement a été trop optimiste et pas assez réaliste": l'Autriche se reconfine 20 jours face à la flambée des cas de Covid-19

Paul Barcelonne