RMC

Journée mondiale contre l'asthme: "Ce n'est pas de l'allergie, c'est un problème pneumologique"

Chaque année, presque 1000 personnes meurent de l'asthme en France. À l'occasion de la journée mondiale de l'asthme les praticiens et les parents de victimes interpellent le public sur les risques.

Quatre millions de personnes font de l’asthme en France, soit plus de 8% des adultes et près de 15% des enfants. Chaque année, la maladie est responsable de près de 60.000 hospitalisations et presque 1000 décès.

Un drame qu'a connu Pierre, le père de Gregory. Un soir de mars 2013, il fait une violente crise d'asthme. Pierre, le conduit le plus vite possible à l'hôpital: "Il ne pouvait pratiquement plus respirer, il est mort comme d'un étouffement. On savait qu'on le perdait je le voyais dans mon rétroviseur", explique-t-il sur RMC.

"À l'hôpital ils ont travaillé une heure pour voir s'il y avait quelque chose à faire, mais il n'y avait rien à faire", ajoute Pierre.

"C'est un problème pneumologique, il faut le traiter au niveau pneumologique"

Une quinzaine d'adolescents meurt chaque année d'asthme ou de complications. Allergique, Grégory était suivi mais par son généraliste mais pas par un pneumologue: "Personne ne savait même qu'on pouvait en arriver à ses extrémités-là. Pour moi, c'était pas grave. On a de l'allergie on pense qu'on traite l'allergie et qu'on a traité l'asthme. C'est faux. C'est un problème pneumologique, il faut le traiter au niveau pneumologique", explique Pierre.

Pierre a lancé une fondation pour sensibiliser à l'asthme. La maladie est trop souvent banalisée. Surtout à l'adolescence explique le Docteur Armine Izadifar, pneumologue à Saint-Denis: "Globalement chez les adultes on a un patient sur deux qui prend bien son traitement, chez les adolescents ce taux est plus faible".

Un traitement nécessaire à l'adolescence

"Quand ils sont plus petits on demande aux parents de leur faire prendre leur traitement. À l'adolescence c'est un âge où ils doivent le prendre eux-mêmes. C'est tout l'intérêt de l'accompagnement thérapeutique, de les faire adhérer au traitement, pour que l'adolescent puisse gérer sa maladie", précise le praticien.

L'adolescence est une période de croissance. Sans traitement, les jeunes asthmatiques risquent de vivre avec des poumons sous-développés toute leur vie.

Caroline Philippe (avec Guillaume Dussourt)