RMC

"Juridiquement c’est compliqué de tout refaire" : le gouvernement hésite encore sur la tenue du second tour des municipales

Si un report du second tour en juin semble prématuré compte tenue de l'épidémie de covid-19, certaines voix plaident pour la réédition du premier tour suivi du second en janvier 2021.

Au milieu des chefs de partis réunis à Matignon mercredi, Edouard Philippe a évoqué la tenue du second tour des municipales, annulé 24 heures après le premier round. Et le gouvernement hésite toujours. Deux pistes sont encore à l’étude. La première verrait le tant attendu second tour se dérouler très prochainement au mois de juin, alors que le covid-19 circule toujours en France et empêche toute campagne électorale. La seconde option verrait se jour le second tour en janvier 2021.

Et de nombreuses voix s’élèvent pour une réédition du premier et du second tour en janvier 2021 : "Juridiquement c’est extrêmement compliqué de refaire les deux tours. Si l’on veut le faire, il faut annuler et tout refaire même pour ceux qui ont été élus dès le premier tour !", juge sur le plateau des "Grandes Gueules", l’avocate Marie-Anne Soubré qui estime également que le premier tour pourrait être faussé en raison de l’abstention liée aux craintes des électeurs face au danger sanitaire.

Calendrier serré

En effet, 55,25% des électeurs avaient préféré se tenir loin des bureaux de vote le 15 mars dernier contre 36,5% en 2014 : "A l’époque, j’avais dit à mes parents âgés de ne pas y aller. Combien d’autres n’y sont pas allés ? Pour moi le vote du premier tour n’est pas représentatif, c’était de la force majeure. A mon avis tous ceux qui ne sont pas allés au premier tour ont bien eu raison", clame l’avocate.

Edouard Philippe a écarté le mois de septembre comme alternative, évoquant la rentrée, et estimé que la fin de l'année serait une période compliquée en raison du vote sur la loi de financement. En 2021, le calendrier sera serré alors que les élections régionales sont prévues en mars. Le gouvernement doit remettre dans les prochains jours un rapport au parlement, contenant la préférence de l’exécutif concernant le scrutin.

Guillaume Dussourt