RMC

L'épidémie continue de progresser: vers de nouvelles mesures restrictives?

Nouveau conseil de défense ce mercredi alors que l'épidémie ne semble pas infléchir depuis des semaines.

La France est-elle trop laxiste face au COVID-19 ? Une chose est sûre, le virus continue de gagner du terrain: 14.678 nouveaux malades du COVID-19 enregistrés ces dernières 24h. 4.634 patients sont actuellement soignés en réanimation. Un chiffre en hausse régulière depuis le 7 janvier dernier. 

La situation est particulièrement critique dans les services de réa d'Ile-de-France, qui accueillent un tiers de patients en soins critiques du pays. Le taux d'incidence se stabilise autour de 550 cas pour 100.000 habitants dans la région, depuis trois jours.

Désormais 42 départements dépassent le seuil d'alerte maximale de 250 cas pour 100.000 habitants, contre seulement 23, le 10 mars.

Véran: "Oui, l'épidémie est longue, oui c'est dur, oui la situation sanitaire est inquiétante"

Moins d'une semaine, après l'annonce du vrai-faux confinement dans 16 départements, l'exécutif joue la montre. Il est trop tôt pour que les mesures annoncées jeudi dernier changent la donne, selon les médecins, au moins 2 semaines sont nécessaires avant de voir les taux d'incidence baisser et les services de réanimation se vider.

Olivier Véran, le ministre de la Santé, s'en remet donc à la responsabilité des Français.

"Oui, l'épidémie est longue, oui c'est dur, oui la situation sanitaire est inquiétante. Nous faisons le pari de la confiance accordée aux Français, un pari gagnant depuis un an. La vague est haute, elle monte. Nous la vaincrons grâce à la vaccination, gageons que ce soit la dernière"

En attendant, la saturation des services de réanimation et le seuil d'alerte maximal est dépassé dans une dizaine de départements supplémentaires.

L'Aube et l'Eure-et-Loir, proches de l'Ile-de-France, plus au Sud, les Alpes-de-Haute-Provence, le Var, le Gard, les Bouches-du-Rhône, des territoires voisins des Alpes-Maritimes: ces départements pourraient à leur tour subir de nouvelles restrictions. Mais à ce stade, aucune décision officielle n'a encore été prise.

Paul Barcelonne (avec J.A.)