RMC

La prise en charge du chômage partiel par l'État va passer de 70% à 60%

La prise en charge de l'activité partielle par l'Etat et l'Unédic passera donc de 100% à 85% de l'indemnité versée au salarié. Le plafond de ce chômage partiel ne change pas : 4,5 le SMIC.

Le gouvernement avait prévenu que l'Etat réduirait sa prise en charge du chômage partiel pour soutenir la reprise. C'est désormais officiel, dès le 1er juin, les entreprises devront payer 15% de cette indemnisation mise en place pour éviter une explosion des licenciements.

Pour le ministère du Travail, cette prise en charge dégressive permet d'encourager la reprise d'activité, de pousser les entreprises à faire revenir leurs employés. Pour le salarié, rien ne change : il continuera à percevoir 70% de sa rémunération brute, soit 84% du net et davantage si l'entreprise complète, et au minimum le SMIC net. 

Cas particuliers pour les secteurs du tourisme et de la culture

Les secteurs qui font l'objet de restrictions particulières en raison de la crise sanitaire, comme le tourisme, la culture ou la restauration, continueront à bénéficier d'une prise en charge à 100%. Les organisations patronales aimeraient d'ailleurs que les entreprises qui travaillent majoritairement avec ces secteurs comme une blanchisserie qui travaille avec des hôtels, un fournisseur de boissons qui travaillent avec des bars et des restaurants par exemple, conservent, elles aussi, une prise en charge totale par l'Etat. 

La mesure sera mise en œuvre par décret, après l'adoption d'un projet de loi en cours d'examen au Parlement.

Rémi Ink avec Guillaume Descours