RMC

"Le pire est prévu pour l'hiver": les services des réanimation déjà sous tension, des interventions non-urgentes déprogrammées

Les services de réanimation sont déjà sous tension. 60 à 65 % des lits occupés le sont par des malades du Covid-19. Les hôpitaux ont déjà acté la déprogrammation de certaines interventions chirurgicales non-urgentes.

Les nouvelles admissions en réanimation dues au Covid-19 se sont encore accélérées au cours des dernières 24 heures, avec 284 entrées en une journée, selon les nouveaux chiffres publiés par Santé publique France. La tendance est inquiétante alors que l'on recense 2.239 personnes au total en réanimation. L'Île-de-France concentre à elle seule 30% de ces cas (672 patients), et Auvergne-Rhône-Alpes 16% (360 patients).

"L'ensemble des services de réanimation en Île-de-France sont totalement saturés. 60 à 65 % des lits sont occupés par des malades du Covid-19 en réanimation", alerte ce jeudi sur RMC Bruno Megarbane, le chef du service réanimation de l'hôpital Lariboisière à Paris. "Notre marge de manœuvre est désormais extrêmement étroite", prévient le praticien qui estime qu'une nouvelle ouverture de lits de réanimation dans d'autres secteurs de l'hôpital devrait être nécessaire dans un futur proche: On est dans l’anticipation parce que le pire est prévu pour l'hiver", ajoute-t-il.

Pour éviter un reconfinement, le couvre-feu doit être respecté au mieux

En attendant, les hôpitaux commencent déjà à déprogrammer des opérations non-urgentes: "La déprogrammation est déjà actée dans beaucoup d'hôpitaux. À Lariboisière nous allons déprogrammer 20 % des opérations à partir du 1er novembre", révèle Bruno Megarbane qui estime que le couvre-feu est un bon compromis entre confinement et vie économique s'il est bien respecté.

"Le couvre-feu n’est pas une punition ni pour les restaurateurs ni pour les Français en général. Ce sont des mesures de sauvegardes, il faut que tout le monde les applique sans les détourner. Reprogrammer à 20h une soirée prévue initialement plus tard n’a aucun intérêt puisque cela viole l’esprit du couvre-feu qui a pour but de restreindre les interactions sociales pour éviter la diffusion du virus et permettre au système de santé de faire face au mieux à l'épidémie", précise-t-il.

Selon nos informations, Jean Castex devrait annoncer ce jeudi lors d'une conférence de presse, le basculement sous le régime du couvre-feu de nombreuses agglomérations et villes moyennes notamment en Auvergne-Rhônes-Alpes et en Occitanie. Et des départements entier, à l'instar de la Loire, devrait imposer le couvre-feu.

Guillaume Dussourt