RMC

Le tacle de Manuel Valls à Christiane Taubira qui refuse d'appeler à la vaccination: "C'est ça la gauche morale?"

LES FORTES TÊTES - Chaque matin à 8h10, deux personnalités débattent d'un sujet d'actualité avec Apolline de Malherbe et les auditeurs RMC.

L'exécutif veut se donner de la marge face à une éventuelle résurgence de l'épidémie de Covid pendant la présidentielle, en prolongeant la possibilité de recourir au pass sanitaire contesté jusqu'au 31 juillet 2022, selon un avant-projet de loi attendu le 13 octobre en Conseil des ministres.

L'ancien Premier ministre Manuel Valls estime ce jeudi sur RMC que c'est la décision d'autorité qu'il faut.

"C'est une bonne idée. Pendant la campagne électorale, techniquement c'est difficile de faire voter le Parlement. Il faut maintenir une forme de pression, avec la souplesse nécessaire, car beaucoup de gens ne sont pas encore vaccinés. De mon point de vue ça a été une décision importante d'autorité prise cet été par le Président. Il faut maintenir cela car nos sommes pas encore sortis de la crise." 

Thierry Coste, lobbyiste notamment des chasseurs, estime qu'il faut tout de même plus de souplesse.

"La décision de Macron d'approuver le pass sanitaire: parfait. Après j'ai passé beaucoup de temps à réclamer une bonne application des textes. On est dans un pays où on ne veut pas faire de différences. On ne pouvait plus faire de rugby, mais plus se balader dans la nature non plus. Je pense qu'il faut de la souplesse. Si on n'est pas prudent dans l'application, on va casser une dynamique car les gens en ont ras-le-bol. On peut faire du sport sans pass à l'école, mais pas en dehors..."

Le tacle de Manuel Valls à Christiane Taubira: "Ca me choque"

L'ancien Premier ministre évoquait la situation en Seine-Saint-Denis où le président du département a demandé une dérogation pour le pass sanitaire des ados.

"Si en Seine-Saint-Denis on vaccine moins, je ne vois pas pourquoi il y aurait des dérogations.
On a exactement le même débat en Guyane qui a fait un peu polémique, où les gens ne se vaccinent pas. Il faut mener une campagne forte, puissante auprès de cette population. Je crois que c'est le rôle d'un élu, d'anciens ministres comme Christiane Taubira...
J'ai un coup de gueule, c'est ça la gauche morale ? C'est ne pas prendre sa responsabilité devant un tel phénomène ? Ca me choque. Je peux comprendre qu'on cherche à accompagner tous les problèmes qu'il peut y avoir en outre-mer en raison d'une crise de confiance vis à vis des autorités. Mais il faut prendre ses responsabilités."
J.A.