RMC

Les nouvelles mesures anti-Covid très floues: "On est chez les fous", grogne un membre de LREM

La nouvelle stratégie du gouvernement interroge alors que ce dernier enchaîne les couacs depuis l'annonce des nouvelles mesures.

Toujours des doutes et des interrogations sur la nouvelle stratégie du gouvernement face au Covid-19. "Freiner sans enfermer" disait le Premier ministre Jean Castex, jeudi soir lors d'une conférence de presse. Et le gouvernement semble s'être pris les pieds dans le tapis.

L'épidémie semble repartie de plus belle et les chiffres sont les plus élevés depuis fin novembre, selon Santé Publique France. Pourtant, c'est l'incompréhension pour les habitants de 16 départements: sommes-nous vraiment confinés?

"Ce qu'on dit c'est :chacun chez soi, mais on peut aller dehors"

Difficile de répondre manifestement aussi au plus haut sommet de l'Etat, où c'est plus que la cacophonie. Retour des attestations, fermeture de certains commerces et interdiction des déplacements interrégionaux : jeudi soir, le Premier ministre Jean Castex semblait très clair.

"Ces mesures de confinement ne seront pas la reprise telles qu'elles de celles que nous avons mis en place en novembre dernier", disait-il. 

Quelques heures plus tard, Emmanuel Macron, en personne, estime que le mot "confinement" n'est pas adapté. Rebelote dimanche, sur BFM TV, avec le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

"Ce n'est pas un confinement. Un confinement on vous demande de rester chez vous. Aujourd'hui, ce n'est pas ce qu'on dit. Ce qu'on dit c'est :chacun chez soi, mais on peut aller dehors"

"Ce serait plus simple si Macron acceptait de dire qu'il n'a pas d'autre solution"

Derrière cette bataille sémantique se cache un vrai enjeu politique : l'exécutif cherche à avoir les impacts sanitaires du confinement, mais sans le nommer pour ne pas déprimer les Français et ne pas donner l'impression que sa stratégie de ne pas reconfiner en janvier a échoué.

"On est chez les fous", grogne un Marcheur, "ce serait plus simple si Macron acceptait de dire qu'il n'a pas d'autre solution et qu'il ne sait pas tout sur l'épidémie".

Car à l'improvisation, s'ajoute désormais une incertitude scientifique : selon les médecins, les nouvelles mesures n'auront pas d'effet avant 2 à 3 semaines.

Paul Barcelonne (avec J.A.)