RMC

Messi aide à obtenir 50.000 doses de vaccin chinois, une décision qui fait polémique

LOUIS VA PLUS LOIN - La confédération sud-américaine de football avec l'aide de Lionel Messi a signé un deal avec un laboratoire chinois pour obtenir 50.000 doses de vaccins.

50.000 doses contre trois maillots signés. Elle est plus simple, la vie, quand a on a gagné six fois le Ballon d’or. 50.000 doses du laboratoire chinois Sinovac qui ne seront pas destinées à la population argentine, comme le rapporte The Guardian, mais au maintien d’une compétition, la Copa America qui doit débuter le 13 juin prochain, en Argentine justement mais aussi en Colombie.

L’idée est de vacciner tous les joueurs qui pourraient être sélectionnés pour éviter les défections de dernière minutes ou, pire, l’annulation du tournoi. Certains applaudissent l’engagement de Messi, mais d’autres, beaucoup plus nombreux, jugent au contraire l’initiative indécente.

L’Argentine n’a plus reçu de nouveaux vaccins depuis 10 jours, la Colombie n’a pu immuniser jusqu’à présent que 4% de sa population, à peine 1% pour la Bolivie et le Paraguay, et tout le continent sud-américain est confronté aux deux variants brésiliens qui se propagent à toute vitesse. Les footballers avant les favelas... On peut comprendre que cela fasse polémique.

Cela pose aussi une question: est-ce que des particuliers peuvent acheter des vaccins ?

Non, c’est impossible. Seuls les Etats peuvent le faire et, sous certaines conditions, les organisations internationales. C’est donc la Fédération Sud Américaine de foot qui a officiellement signé le contrat avec Sinovac.

Interdit donc pour les personnes privées, vous ou moi, de trouver des doses. Il existe bien des sites qui en proposent, à payer en crypto monnaie, sur le darknet, mais c’est très peu fiable, en plus d’être totalement illégal.

Enfin, souvenez-vous les régions françaises avaient, il y a deux mois, menacé de passer commande de leur côté pour accélérer la campagne vaccinale qui patinait. Les laboratoires avaient opposé une fin de non-recevoir. Pfizer avait par exemple répondu dans un communiqué: "Aucune commande venant d’entreprises, de collectivités ou de particulier ne peut être prise en compte".

Les choses sont semble-t-il en train de bouger, puisqu’il le président de la région de la région Provence-Alpes-Cote-d’Azur, Renaud Muselier, a annoncé avoir pré-commandé 500.000 doses du vaccin russe Spoutnik. Un sérum qui n’a toujours pas reçu l’agrément de l’agence européenne du médicament.

Louis Amar