RMC

Mort d'un bébé in utero dans la Drôme: "Si nous avions encore eu une maternité, mon enfant serait en vie"

Ce samedi à Die dans la Drôme, une marche blanche se tiendra pour dénoncer la fermeture de la maternité. Des parents estiment que cette fermeture a coûté la vie à leur enfant, décédé in utero.

Ce samedi, les habitants de Die défileront pour dénoncer l'absence de maternité dans leur commune au pied du Vercors. Des parents estiment que la mort de leur enfant est liée au manque de maternité, fermée fin 2017. Le premier hôpital est désormais à une heure de route.

Ce bébé, prénommé Aimé, est mort in utéro, au 8e mois d'une grossesse à risque pour sa maman. Dix jours après la mort de son fils, Fabrice Martinez est toujours en colère: "Moi je me sens trahi parce que j'ai fait confiance à un système dans lequel je croyais".

Selon ce papa, l'hélicoptère des urgences a mis près de 2 heures pour prendre en charge sa femme, enceinte de 8 mois et dont la grossesse était jugée à risque. Fabrice en est sûr: rien ne serait arrivé avec une maternité en activité, à seulement 10 minutes de son domicile: "Si nous avions eu une maternité ou un bloc opératoire pour les urgences, mon enfant serait en vie. Là, on lui a laissé 100% de chances de mourir. Mon enfant est décédé, je ne veux plus que ça arrive à d'autres".

"N'attendons pas un autre mort, rouvrons la maternité"

Depuis la fermeture de la maternité de Die fin 2017, un centre périnatal a ouvert ses portes, mais sans prise en charge des urgences. Et l'hôpital le plus proche est à 70km, en empruntant une route sinueuse et parfois enneigée. Philippe Leeuwenberg est le président du Collectif de Défense de la Maternité: "N'attendons pas un autre mort, rouvrons cette maternité avec les moyens humains et financiers pour la faire fonctionner et cessons de pinailler avec des expérimentations ou des projets innovants qui ne fonctionnent pas".

Et l'Agence Régionale de Santé indique de son côté avoir ouvert une enquête et rappelle que le dispositif de suivi et de prise en charge des femmes enceintes dans cette région fonctionne parfaitement.

Gwenaël Windrestin avec Paulina Benavente