RMC

"On a besoin de répit": le succès des centres de vacances pour les aidants familiaux

11 millions de Français s'occupent de proches en situation de maladie ou de handicap. Certains d'entre eux ont la chance de pouvoir profiter d'un peu de répit dans des centres de vacances adaptés à cette situation parfois éprouvante.

Toute l'année, ils s'occupent d'un parent, en situation de dépendance, en raison de son âge, d’une maladie, ou d’un handicap, parfois 24 heures sur 24 Les aidants familiaux sont 11 millions en France, soit 1 Français sur 6, selon l'OCIRP (Organisme commun des institutions de rente et de prévoyance).

Bien souvent, ils n'ont pas le temps de souffler et ne peuvent pas prendre de vacances. 20% sont proches du burn-out selon une enquête de la Drees (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques) de 2012.

Pour eux, des centres spéciaux existent : les maisons de répit. Dans ces établissements, les aidants peuvent venir se ressourcer avec leur proche en situation de dépendance. Une équipe socio-médicale sur place les aide pour qu'ils puissent prendre du temps pour eux, en toute sérénité.

"Vous avez quelqu'un sur les bras 24h/24h"

Une pause nécessaire pour ces héros du quotidien. Nous nous sommes rendus dans l'une de ces maisons de répit, en Indre-et-Loire. Robe d'été et tongs aux pieds, Claudine s'est assise à l'ombre d'un pommier pour se détendre et savoure sa partie de "Candy Crush", un jeu vidéo sur mobile. Un petit plaisir qu'elle a rarement le temps de savourer. Car elle s'occupe à temps plein de son mari, atteint de la maladie d'Alzheimer.

"Vous avez quelqu'un sur les bras 24h/24h. Et le plus pénible c'est de l'avoir comme mon ombre, je ne peux rien faire dans une maison sans qu'il soit derrière moi. Vous ne pouvez pas faire votre toilette car si vous fermez la porte il ne supporte pas, c'est épuisant..."

"Simplement faire du Sudoku pendant une heure si on a envie. Ca fait un bien fou"

C'est la troisième fois qu'elle se rend dans le Village Répit Famille, où le personnel soignant prend le relais auprès de son mari. Et grâce aux activités proposées par le centre, Claudine peut enfin souffler.

"Je viens de faire de la méditation, les aidants ont besoin de répit. Simplement faire du Sudoku pendant une heure si on a envie. Ca fait un bien fou, c'est ça le lâcher-prise."

Depuis 2014, l'établissement accueille les personnes en état de dépendance et ceux qui les aident pour leur permettre de passer des vacances ensemble, tout en ayant du temps libre chacun de leur côté. Une offre qui a beaucoup de succès, selon le directeur du centre, Patrick Brunerie.

"Il y a de plus en plus de semaines remplies de plus en plus tôt. Les périodes hautes sont de plus en plus longues. On commence début avril et ça se poursuit jusqu'à fin novembre."

Le prix d'une semaine au Village Répit Famille avoisinne les 1.500 euros. Mais la caisse nationale d’assurance vieillesse prend en partie en charge ce séjour, dans la limite d'une semaine par an.

Camille Schmitt (avec J.A.)